NGC 6302, la nébuleuse du Papillon

NGC 6302, la nébuleuse du Papillon
Image Credit: NASA, ESA, Hubble, HLA; Reprocessing & Copyright: Robert Eder

Les brillants amas et autres nébuleuses visibles dans le ciel nocturne de notre planète sont souvent affublés de noms de fleurs ou d'insectes, et NGC 6302, même si ce papillon a une envergure de 3 années-lumière, n'y fait pas exception. Avec une température de surface estimée à 250.000°C, l'étoile centrale en fin de vie de cette nébuleuse planétaire un peu spéciale est devenue exceptionnellement chaude, ce qui la fait briller fortement en ultraviolet, bien qu'elle soit masquée à la vue par un dense tore de poussière. La vue ci-dessus a été réalisée par le télescope spatial Hubble en 2009. L'image d'origine de Hubble traverse une brillante cavité de gaz ionisé, le tore de poussière entourant l'étoile centrale est visible quasiment par la tranche près du centre de cette image. De l'hydrogène moléculaire a été détecté dans l'enveloppe de poussière de cette brûlante étoile. NGC 6302 se trouve à quelque 4.000 années-lumière de nous, dans la constellation arachnéenne très judicieusement nommée du Scorpion.

L'image d'astronomie du jour (Astronomy Picture Of the Day - APOD)
Traduction réalisée par Didier Jamet
> lire le texte original sur le site de la NASA
Auteurs et éditeurs : Robert Nemiroff (MTU) & Jerry Bonnell (UMCP)
Représentant technique de la Nasa : Jay Norris
Un service de : ASD de NASA / GSFC & Michigan Tech. U.

Dans notre dictionnaire de l'astronomie...

à lire aussi...
Hubble
Planche extraite de la thèse de Léon Foucault, "Mesure de la vitesse de la lumière", 1862
à lire aussi...
Année lumière
L'année-lumière est une unité qui représente la distance parcourue par la lumière dans le vide pendant une année terrestre, soit 9.460 milliards de km
"La nuit étoilée à Saint-Remy", de Van Gogh.<br>Pour voir l'Univers tel qu'il est, il faut soit la rigueur du scientifique, soit la sensibilité de l'artiste.Tout le reste n'est qu'illusion...
à lire aussi...
Etoile
Cette nébuleuse par émission est constituée presque exclusivement d’hydrogène, l’atome le plus simple de l’Univers (représenté schématiquement en haut à gauche sur fond de la nébuleuse de la Rosette).
à lire aussi...
Hydrogène
Cette remarquable image composite d’Emmanuel Mallart nous permet d’embrasser simultanément du regard les 3 types de nébuleuses gazeuses :  en émission en bas à droite (M42), par réflexion juste au dessus, et enfin par absorption en haut à gauche, la fameuse nébuleuse de la tête de cheval se détachant sur fond rouge.
à lire aussi...
Nébuleuse
La nébuleuse planétaire M57 photographiée par des astronomes amateurs du Nord de la France à travers un télescope de 22,5cm (posé 1h40 quand même !).
à lire aussi...
Nébuleuse planétaire
Constellation du Scorpion
à lire aussi...
Constellation du Scorpion
Description et images de la constellation du Scorpion

D'autres images d'astronomie...

Mz3, nébuleuse de la Fourmi
25 avril 2010
Mz3, nébuleuse de la Fourmi
La nébuleuse planétaire Mz3 est le produit d'une étoile au départ similaire à notre Soleil et masque probablement une seconde étoile, moins brillante
La nébuleuse de l'Iris
6 mai 2016
La nébuleuse de l'Iris
La nébuleuse NGC 7023 abrite une jeune étoile massive chaude en train de se former, des grains de poussière en réfléchissent la lumière
Le ciel hydrogène de HI4PI
24 octobre 2016
Le ciel hydrogène de HI4PI
Cette carte retrace par l'intensité et la couleur, du bleu au vert, la vitesse et la direction des nuages de gaz d'hydrogène dans notre galaxie

Ailleurs sur le web

About the Hubble Space Telescope
Hubble's launch and deployment in April 1990 marked the most significant advance in astronomy since Galileo's telescope 400 years ago. Thanks to five servicing missions and more than 25 years of operation, our view of the universe and our place within it has never been the same.
 www.nasa.gov
NASA - A Planetary Nebula Gallery
Chandra captures stunning views of four planetary nebulas from its first systematic survey of such objects in the solar neighborhood.
 www.nasa.gov
Celsius - Wikipedia
 en.wikipedia.org
NGC 6302 - Wikipedia
 en.wikipedia.org
Hubble-type outflows of the high-excitation, poly-polar planetary nebula NGC 6302 -- from expansion proper motions
The ouflowing proper motions of fifteen knots in the dominant northwestern lobe of the high-excitation poly-polar planetary nebula NGC 6302 have been determined by comparing their positions relative to those of faint stars in an image taken at the San Pedro Martir Observatory in 2007 to those in a South African Astronomical Observatory archival plate obtained by Evans in 1956. The Hubble-type expa [...]
 arxiv.org
Hydrogen Molecules in the Planetary Nebula NGC6302
 adsabs.harvard.edu
Hawaiian Astronomical Society - Scorpius
HAS Deepsky Atlas - Scorpius
 hawastsoc.org
Solid of Revolution (Torus)
 www.math.tamu.edu
nébuleuse | années-lumière | constellation du Scorpion | poussière | étoile | télescope spatial Hubble | gaz ionisé | hydrogène | hydrogène moléculaire | lumière ultraviolette | nébuleuse planétaire | température de surface

Le calendrier de l'astronomie

Une comète dans le Cocher NGC 6302, la nébuleuse du Papillon Les projectiles d'Orion Alignement céleste sur la côte sicilienne Super-bulles de rayons X dans la galaxie NGC3079 Février, un mois sans taches solaires Sharpless 249 et la nébuleuse de la Méduse Poussière et étoiles dans M78 Croissant d'Encelade Lever de Lune dans l'ombre du Mauna Kea Le champ magnétique central de la galaxie du Cigare L'atterrissage de Hayabusa-2 sur l'asteroïde Ryugu Faits marquants du ciel du printemps boréal Panorama de la vallée de la Persévérance En route vers M101 NGC 3324 dans la Carène M106, une galaxie spirale avec un centre étrange La Tête de Cheval et la nébuleuse d'Orion Abell 370, lentille gravitationnelle de l'amas de galaxies Equinoxe sur la planète Terre

 

image précédente
Une comète dans le Cocher
La comète Iwamoto poursuit sa route dans notre ciel nocturne, vue ici en février dans la constellation du Cocher, près des nébuleuses et de l'amas M36
image suivante
Les projectiles d'Orion
Partant d'une source centrale baptisée IRc2, chacun de ces projectiles gazeux a à peu près la taille de notre système solaire et se déplace à 400 km/s