Plus c'est gros, moins c'est rond ?

question posée le 04-11-2019 par Fabien Forestier

Mercure révélée par MESSENGER
Mercure révélée par MESSENGER

Image Crédit: MESSENGER, NASA, JHU APL, CIW

Bonjour,

D'après ce que j'ai compris, c'est la gravité qui rend les planètes rondes.

Donc, plus une planète est lourde, plus elle devrait être ronde.

Or, d'après un article du magazine Sciences et Vie, les planètes Jupiter et Saturne sont moins rondes et plus aplaties que la Terre. Mercure , la plus petite, serait aussi la plus ronde du système solaire.

Qu'est-ce qui peut expliquer ça ?

Et sinon, merci pour les photos quotidiennes et vos traductions.

réponse du 05-11-2019 par Didier Jamet

Bonjour Fabien. Oui, c'est bien la gravité qui rend les corps célestes ronds. Mais il y a juste un paramètre que vous oubliez dans votre raisonnement, c'est la force centrifuge liée à la vitesse de rotation du corps céleste considéré ! Jupiter tourne sur elle-même en une dizaine d'heures, ce qui est plus de deux fois plus rapide que la Terre. En fait, vu les rapports de distance, un point à l'équateur de Jupiter se déplace à une vitesse de plus de 83 000 km/h, contre 1 700 seulement sur l'équateur terrestre ! C'est cette force centrifuge qui déforme de façon tout à fait perceptible les globes de Jupiter, et aussi de Saturne d'ailleurs. Quant à Mercure, l'explication est la même : elle est à la fois suffisamment massive pour être sphérique, et comme elle tourne très lentement sur elle-même... Elle est bien celle qui s'éloigne le moins d'une sphère parfaite ! Voilà, c'est tout simple en fait...

posez-nous une question sur l'astronomie

Questions précédentes...

Saturne, reine des lunes du Système solaire - Vingt nouveaux spécimens portent le total à 82 lunes connues pour Saturne, ce qui en fait la nouvelle reine des lunes du Système solaire.
à lire aussi...
formation des lunes
En matière de sphéricité des corps célestes, la taille compte, puisque c'est d'elle que dépend la masse, et donc la force de gravité.
La complexité de Jupiter -
à lire aussi...
Se poser sur une planète gazeuse
Si les planètes géantes cachent sous leur épaisse atmosphère une surface solide, nous ne sommes pas près d'y poser le pied, ne fut-ce que par robot interposé.
Un atterrissage vénusien - En 1982, Vénéra 13, lancée par l'Union Soviétique, avait été la seconde à atterrir et transmettre des images de la surface de Vénus, après Vénéra 7 en 1970
à lire aussi...
Se poser sur une planète gazeuse
Si les planètes géantes cachent sous leur épaisse atmosphère une surface solide, nous ne sommes pas près d'y poser le pied, ne fut-ce que par robot interposé.