Des nouvelles de Tyché ?

question posée le 05-07-2012 par M. Kérourédan

Le noyau de la comète de Halley, un iceberg dans l’espace

Le noyau de la comète de Halley, un iceberg dans l’espace


Crédit & Copyright: Halley Multicolor Camera Team, Giotto Project, ESA

Bonjour

Qu'en est-il à l'heure actuelle de l'hypothétique planète Tyché ? J'avais cru comprendre que son existence était mise en doute, notamment par le fait que WISE ne l'ait pas observée (quoique toutes ses données n'avaient pas encore été exploitées).

Des nouvelles preuves sont-elles venues solidifier cette hypothèse ? D'autres observations ont-elle diminuée la probabilité que cette planète existe ? Ou les astronomes ne peuvent-ils encore se prononcer ?

En vous remerciant par avance.

réponse du 18-04-2020 par Didier Jamet

Bonjour, merci pour votre question, et surtout pour votre patience puisque cela fera bientôt 8 ans que vous nous l'avez posée... J'ai longtemps attendu des données plus concrètes avant de vous répondre, mais il me paraît aujourd'hui déraisonnable de vous faire attendre plus longtemps, quitte à être démenti par de nouvelles données demain.

Puisque cette histoire d'hypothétique planète Tyché commence à dater, rappelons le contexte : les comètes de longue période arrivent de toutes les directions du ciel en provenance d'un réservoir de comètes appelé le nuage de Oort, supposé grossièrement sphérique autour du système solaire. Oort, ça ressemble à un nom de dignitaire klingon, mais c'est en fait un astronome néerlandais qui a conjecturé l'existence de ce réservoir de comètes situé à une distance comprise entre 6000 et 15 000 milliards de kilomètres du Soleil (entre 40 000 et 100 000 fois la distance Soleil-Terre, c'est beau mais c'est loin). Sauf que les comètes de longue période semblent venir préférentiellement d'une direction donnée, faiblement inclinée sur l'écliptique. L'hypothèse que formulent en 1999 John Matese et Daniel Whitmire, astrophysiciens de l'université de Louisiane, est qu'une grosse et lointaine planète viendrait perturber le nuage de Oort en s'en approchant un peu trop et en décrocherait plus de comètes qu'il ne faudrait.

En 2011, ils annoncent que leur planète, qu'ils nomment Tyché, du nom de la déesse grecque de la prospérité, pourrait être détectée dans les données de la mission WISE, un télescope spatial infrarouge lancé en 2009. En 2014, un réexamen des données de WISE a conclu qu'aucun objet de la taille de Saturne ne se trouvait jusqu'à une distance de 1500 milliards de km, et aucun de la taille de Jupiter jusqu'à une distance de 4000 milliards de km.

La vérité est que ces données ne permettent pas de réfuter totalement l'hypothèse Tyché, qui pourrait avoir une taille légèrement inférieure à celle de Jupiter, et/ou une orbite l'amenant pendant au moins une partie de sa trajectoire au-delà des 4000 milliards de km.

Bref, les recherches continuent, et les astronomes ne peuvent toujours pas se prononcer... on en reparle dans 8 ans ?... ;-)

posez-nous une question sur l'astronomie

Dans notre dictionnaire de l'astronomie...

"La nuit étoilée à Saint-Remy", de Van Gogh.<br>Pour voir l'Univers tel qu'il est, il faut soit la rigueur du scientifique, soit la sensibilité de l'artiste.Tout le reste n'est qu'illusion...
à lire aussi...
Etoile
Coupe d'une étoile à neutrons
à lire aussi...
Etoile à neutrons
astre | astronome | astre | astronome

Questions précédentes...

Saturne, reine des lunes du Système solaire - Vingt nouveaux spécimens portent le total à 82 lunes connues pour Saturne, ce qui en fait la nouvelle reine des lunes du Système solaire.
à lire aussi...
formation des lunes
En matière de sphéricité des corps célestes, la taille compte, puisque c'est d'elle que dépend la masse, et donc la force de gravité.
Mercure révélée par MESSENGER -
à lire aussi...
Plus c'est gros, moins c'est rond ?
C'est bien la gravité qui donne aux corps célestes leur sphéricité. Mais la force centrifuge liée à leur rotation doit aussi être prise en compte.
La complexité de Jupiter -
à lire aussi...
Se poser sur une planète gazeuse
Si les planètes géantes cachent sous leur épaisse atmosphère une surface solide, nous ne sommes pas près d'y poser le pied, ne fut-ce que par robot interposé.