Pluton, terminus des prétentieux

article de Didier Jamet
24 AOUT 2006

La meilleure image obtenue depuis la Terre de Pluton et de son satellite Charon.
La meilleure image obtenue depuis la Terre de Pluton et de son satellite Charon.

Subaru telescope

Enfin, Pluton n'est plus une planète. L'Union Astronomique Internationale vient d'en décider aujourd'hui jeudi 24 août 2006, à une écrasante majorité. Cette sage décision met fin à une polémique qui virait depuis peu à un consternant psychodrame, les derniers défenseurs du statut planétaire de Pluton s'étant montrés prêts à dynamiter l'ensemble du système solaire pour ne pas faire déchoir la seule planète jamais découverte par un Américain.

Lorsque Pluton fut découverte en 1930 par l'américain Clyde Tombaugh, les astronomes estimèrent qu'elle était aussi grande que la Terre. Égale de notre planète quant à la question du volume, rien ne s'opposait à priori à ce qu'on lui accordât le même statut. Or on comprit par la suite qu'elle était en fait plus petite que la Lune. Mais d'autres caractéristiques de Pluton, encore plus exotiques, amenèrent certains astronomes à questionner son statut avec de plus en plus de force. En effet, Pluton ne tourne pas dans le même plan que les autres planètes autour du Soleil. De plus, son orbite, en forme d'ovale aplati, est très différente de celle des planètes, aux courses quasi-circulaires. Enfin, sa nature essentiellement glacée, raison pour laquelle on avait initialement surestimé sa taille, le fait bien plus ressembler à un astéroïde qu'à une planète rocheuse.

Orbites comparées des planètes du système solaire externe. Avec son orbite très allongée s\'inscrivant la plupart du temps à l\'intérieur de celle de Neptune, Pluton posait un indiscutable problème de définition
Orbites comparées des planètes du système solaire externe. Avec son orbite très allongée s'inscrivant la plupart du temps à l'intérieur de celle de Neptune, Pluton posait un indiscutable problème de définition

Crédit : Nasa

Alors pourquoi a-t-il fallu si longtemps pour qu'on se décide à remettre un peu de logique et de cohérence dans notre représentation du système solaire ? Parce que la découverte de la « dernière planète du système solaire » par un Américain en 1930 était devenue au fil du temps un merveilleux symbole de l'excellence scientifique à laquelle est de fait parvenu le « Nouveau Monde » au cours du XXe siècle, en flagrant contraste avec une « Vieille Europe » déclinante depuis le milieu du XIXe siècle, époque de la découverte de Neptune par le français Le Verrier. Sauf que les sciences de l'Univers sont justement un des derniers domaines de la connaissance où les Européens n'ont pas à rougir face à leurs collègues d'outre-atlantique. C'est si vrai que certains de nos amis américains n'ont toujours pas digéré le fait que la première planète découverte autour d'un autre soleil que le nôtre, 51 Pégase B, l'ait été en 1995 par une équipe suisse travaillant depuis l'observatoire de Haute-Provence, France, Europe.

L'an passé, l'astronome américain Mike Brown annonçait la découverte d'un objet plus grand que Pluton, 2003 UB 313, que lui et son équipe s'étaient permis de populariser auprès des médias sous le nom de « Xena », en contravention flagrante avec les règles de l'Union Astronomique Internationale.

Si Pluton avait été confirmée aujourd'hui dans son titre de planète, ce n'aurait été qu'une question de temps pour que Mike Brown entre dans les livres d'histoire comme le découvreur de sa suivante, la « 10e planète », poursuivant une tradition d'excellence de l'astronomie américaine inaugurée avec Pluton. Aussi on comprend mieux pourquoi il se trouvait tant d'Américains pour continuer de défendre contre l'évidence le statut planétaire de Pluton. Si Ptolémée avait été américain, peut-être débattrait-on encore de la question de savoir si la Terre est au centre de l'Univers.

Le nouveau Système Solaire
à lire aussi...
Le nouveau Système Solaire

L'Union Astronomique Internationale vient de redéfinir le terme planète, ce qui conduit le système solaire à compter désormais 8 planètes

Alors ne boudons pas notre plaisir de voir la raison et la rigueur scientifique triompher des ambitions aveugles et des prétentions déplacées. En faisant perdre une planète au système solaire, la science vient de gagner une grande victoire.

Dans notre dictionnaire de l'astronomie...

à lire aussi...
Système Solaire
Les planètes ne sont en fait qu'un résidu de la nébuleuse de poussières et de gaz au milieu de laquelle le Soleil s'est condensé. Ce dernier concentre en effet 99,85% de la masse du système solaire.
à lire aussi...
Planète
La Lune, un jour d'éclipse
à lire aussi...
La Lune
Notre unique satellite naturel constitue avec la Terre un couple unique en son genre dans le système solaire, et a une grande influence sur nos vies
Neptune vue par la sonde Voyager 2 en 1989
à lire aussi...
Neptune
Huitième planète du système solaire, Neptune est celle dont l'orbite est le plus éloigné du Soleil et la dernière à avoir été découverte
L'astéroïde Toutatis vu au radar sous différents angles
à lire aussi...
Astéroïde
Pluton et son satellite Charon vus par le télescope Japonais Subaru
à lire aussi...
Pluton
Unité astronomique et orbite terrestre
à lire aussi...
Unité astronomique
L'unité astronomique est une mesure qui correspond à la distance moyenne de la Terre au Soleil, soit 149,6 millions de kilomètres
découverte | astronome | astronomie | Union Astronomique Internationale | Ptolémée | planète du système solaire