Planètes à la dérive dans Orion

Planètes à la dérive dans Orion
Crédit : Philip Lucas (Univ. Hertfordshire) and Patrick Roche (Univ. Oxford), UKIRT

Cette image en fausses couleurs du jeune amas d'étoiles du Trapèze (dans la nébuleuse d'Orion) a été réalisée avec une caméra infrarouge, à des longueurs d'onde à peu près deux fois plus longues que celles du visible. Les données infrarouges font partie d'une étude précise de cette région de formation d'étoiles proche dans laquelle les astronomes ont identifié plus de 100 objets ayant une masse extrêmement faible -- probablement des naines brunes fuyantes. Les naines brunes sont des étoiles ratées de masse si faible (environ 8 % de celle de notre Soleil) qu'elles ne peuvent maintenir la combustion nucléaire de l'hydrogène, la source d'énergie normale des étoiles de type solaire. Alors que les naines brunes semblent suffisamment massives pour brûler du deutérium, 13 de ces objets légers sont clairement en dessous de la limite de combustion du deutérium (environ 1,3 % de la masse du Soleil), tombant dans la catégorie des planètes géantes. Ces "planètes vagabondes" flottantes sont sans doute petites comme 8 fois la masse de Jupiter et ont du se former avec l'amas d'étoiles il y a 1 million d'années. Elles sont détectables en infrarouge parce qu'elles sont encore chaudes suite à leur formation, mais vont finalement se refroidir et s'éteindre. Si le Trapèze est typique des jeunes amas d'étoiles, alors les résultats de l'étude suggèrent que les naines brunes et les planètes vagabondes sont peut-être communes, mais pas assez nombreuses pour résoudre le mystère de la matière sombre de l'Univers.

L'image d'astronomie du jour (Astronomy Picture Of the Day - APOD)
Traduction réalisée par Laurent Laveder
> lire le texte original sur le site de la NASA
Auteurs et éditeurs : Robert Nemiroff (MTU) & Jerry Bonnell (UMCP)
Représentant technique de la Nasa : Jay Norris
Un service de : ASD de NASA / GSFC & Michigan Tech. U.

Dans notre dictionnaire de l'astronomie...

Voici deux amas d'étoiles. A gauche, l'amas ouvert M 52 est nettement moins dense que l'amas globulaire M 22 à droite. Leur nature est très différente.
à lire aussi...
Amas d'étoiles
"La nuit étoilée à Saint-Remy", de Van Gogh.<br>Pour voir l'Univers tel qu'il est, il faut soit la rigueur du scientifique, soit la sensibilité de l'artiste.Tout le reste n'est qu'illusion...
à lire aussi...
Etoile

D'autres images d'astronomie...

L'amas d'étoiles des Pléiades
Les naines brunes du Trapèze d'Orion

Ailleurs sur le web

Chandra :: Field Guide to X-ray Astronomy :: Dark Matter Mystery
An explanation of cosmic X-ray sources, from black holes to galaxy clusters, as well as a review of the history of X-ray astronomy, what X-rays are and how they are produced.
 chandra.harvard.edu
[astro-ph/0003061] A Population of very young Brown Dwarfs and free-floating Planets in Orion
 xxx.lanl.gov
The Royal Astronomical Society
The Royal Astronomical Society, encourages and promotes the study of astronomy, solar-system science, geophysics and closely related branches of science.
 www.ras.org.uk
amas d'étoiles | amas d'étoiles | astronome | astronome | énergie | étoile

Le calendrier de l'astronomie

M13&nbsp;: le grand amas globulaire d'Hercule NGC 1999&nbsp;: nébuleuse par réflexion dans Orion Tempête de sable sur la planète Terre Saturne dans la nuit La nébuleuse obscure de la Pipe Abell 2142&nbsp;: conflit d'amas galactiques Zal Patera sur Io, la lune de Jupiter La surface de l'astéroïde Eros Orage solaire : une éruption coronale Ciel et planètes Le marathon Messier La supernova 1994D et l'Univers inattendu Un panel de curiosités dans Orion A Symphonie pour GRB 000301C Des petites lentilles déforment l'Univers NEAR Shoemaker regarde Eros Traces de tourbillons martiens Un vent en provenance du Soleil Apollo 16 : exploration du cratère Plum Mercure à l'horizon Le jet stellaire HH111 de 12 années-lumière Une sphérule intersidérale A l'intérieur de Mars Le mystère des rayons gamma La Terre se lève aussi La surface de Vénus jadis liquide Vol au-dessus d'Eros M20 : la nébuleuse Trifide Des fullerènes en guise de micro-capsule temporelles Des mondes de la taille de Saturne découverts Planètes à la dérive dans Orion