Alerte, vaisseaux spatiaux en vue !

article original publié par Science @ Nasa
auteur : Docteur Tony Phillips
traduction de Didier Jamet
12 JUIN 2002

Le 5 juin 2002, la navette spatiale Endeavour de la NASA filait dans le ciel des Pays-Bas où Cees Bassa l’aperçut et prit cette photo. On peut y discerner à la fois la trace de la navette (en blanc) et celle du réservoir extérieur (dominante orange) que la navette vient juste de larguer
Le 5 juin 2002, la navette spatiale Endeavour de la NASA filait dans le ciel des Pays-Bas où Cees Bassa l’aperçut et prit cette photo. On peut y discerner à la fois la trace de la navette (en blanc) et celle du réservoir extérieur (dominante orange) que la navette vient juste de larguer

Cees Bassa

Ce soir, deux vaisseaux spatiaux seront bien visibles au-dessus de nombreuses régions de France: la navette spatiale Endeavour, et la Station Spatiale Internationale.

Si vos voisins vous entendent tenir de tels propos, il est possible qu’ils se moquent de vous. Mais c’est pourtant vous qui serez dans le vrai. Ce soir sera une bonne soirée pour regarder passer des vaisseaux spatiaux depuis votre jardin.

Sans rire. La navette spatiale Endeavour de la NASA et la Station Spatiale Internationale (avec à son bord le spationaute Français Philippe Perrin) passeront au-dessus de la France ce soir, et tout au long de la semaine au-dessus de l’Amérique du Nord.

Endeavour a quitté la Terre la semaine dernière afin d’apporter ravitaillement, expériences scientifiques et équipage de relève à la station spatiale. Les deux vaisseaux sont à présent solidement arrimés, et ils le resteront jusqu’au 15 juin, date à laquelle la navette doit repartir.

Pas besoin de télescope pour les voir. Vos yeux suffisent.

Il n’y a aucun projecteur surpuissant à l’extérieur de la station. Elle brille simplement du fait de la lumière du soleil qui se réfléchit sur sa surface, dans une proportion de 90 %. La majeure partie du vaisseau est en effet recouverte d’un matériau isolant très clair, les autres surfaces étant peintes en blanc ou constituées d’aluminium anodisé. Même les imposants panneaux solaires, qui absorbent l’essentiel du rayonnement solaire pour fournir de l’énergie à la station, ne sont pas entièrement sombres. Ils réfléchissent près de 35 % de la lumière qu’ils reçoivent.

Comme la station ne brille que par réflexion de la lumière solaire, il nous est uniquement possible de la voir durant les heures suivant le coucher du soleil ou précédant son lever. C’est seulement à ces heures que le ciel au-dessus de nous est plongé dans la nuit, tandis que simultanément la station spatiale, perchée en orbite, est brillamment éclairée par le Soleil levant ou couchant.

Pourquoi ? Imaginez une montagne surplombant une vallée. À l’aube ou au crépuscule, le sommet de la montagne peut être brillamment éclairé, tandis que la vallée en dessous reste dans l’ombre. Dans le cas de l’ISS, c’est un peu comme si sur Terre nous nous trouvions au cœur d’une profonde vallée plongée dans l’obscurité, alors que la station spatiale culmine au sommet ensoleillé d’une montagne de 375 kilomètres de haut.

C’est au coucher du soleil que L’ISS sera visible ce soir en France, et jusqu’à la fin de la semaine en Amérique du Nord. Pour savoir précisément où, quand et dans quelle direction l’observer, vous pouvez vous rendre sur les sites suivants :


En français :


Le site d’Alphonse Pouplier, pionnier de l’observation de satellites en Europe. Vous y trouverez plein de conseils pour bien observer les satellites, et de nombreux logiciels à télécharger.


En anglais :


Heaven’s Above, de Chris Peat

J-Pass, de Science@NASA

Skywatch, de la NASA également.

Ces sites ont des styles et des interfaces très différents les uns des autres, tous vous donneront les informations essentielles pour observer dans de bonnes conditions selon votre position géographique.

Les passages visibles de l’ISS ont tendance à se produire en série autour de dates rapprochées, avant de se faire oublier pendant un moment.

Par exemple cette semaine et la suivante, les Nord-Américains pourront voir la station fréquemment peu après le coucher du Soleil. Puis il y aura une accalmie de presque deux semaines où la station restera invisible, avant de réapparaître lors des premières aurores de juillet. La prochaine « vague du soir » pour les Américains, plus pratique pour l’observation, ne se produira pas avant fin juillet-début août.

Si vous vous trouvez dans le sud de la France, n’hésitez pas à faire une promenade digestive ce soir aux alentours de 22 heures 28, heure légale française, ce sera vraiment un moment propice à l’observation des vaisseaux spatiaux.

Et si vos voisins ricanent… montrez leur juste ce point brillant fendant les cieux au-dessus de leur tête. Ça les laissera sans voix.

Dans notre dictionnaire de l'astronomie...

Le ciel au dessus de Genève avec des nuages, la Lune, Vénus, et un coucher de Soleil.
à lire aussi...
Ciel
L'astronomie débute par l'observation du ciel, qu'elle ne définit pas rigoureusement. Le ciel commence au-dessus de notre tête, regroupant oiseaux et étoiles.
"La nuit étoilée à Saint-Remy", de Van Gogh.<br>Pour voir l'Univers tel qu'il est, il faut soit la rigueur du scientifique, soit la sensibilité de l'artiste.Tout le reste n'est qu'illusion...
à lire aussi...
Etoile
anneaux | énergie | crépuscule | coucher de soleil | aurore | astronaute | anneaux | crépuscule | coucher de soleil | aurore | astronaute