L’exceptionnelle pluie d’étoiles filantes des Draconides 2011, à suivre en direct sur Ciel des Hommes samedi soir !

article original publié par Science @ Nasa
auteur : Docteur Tony Phillips
traduction de Didier Jamet
5 OCTOBRE 2011

La comète 21P/Giacobini-Zinner photographiée à Kitt Peak en 1998
La comète 21P/Giacobini-Zinner photographiée à Kitt Peak en 1998

Science@Nasa

Dans la soirée du 8 octobre 2011, la Terre va plonger à plusieurs reprises au travers de courants de poussières laissés dans son sillage par la comète 21P/Giacobini-Zinner. Le résultat pourrait être une véritable tempête d’étoiles filantes. Et en plus, vous pourrez la suivre en direct sur Ciel des Hommes !

« Nous prévoyons jusqu’à 750 météores par heure » avance Bill Cooke de la NASA. « Les horaires sont très favorables pour les observateurs situés au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Europe. »

Tous les 6,6 ans, la comète Giacobini-Zinner s’approche du Soleil. Lors de chacune de ces visites, elle libère un mince filament de poussières, qui au fil du temps finissent par former un filet que la Terre croise chaque année au début du mois d’octobre.

« La plupart du temps, nous passons entre les mailles du filet, ne faisant qu’effleurer l’un ou l’autre des filaments » poursuit Cooke. « Mais il arrive parfois que nous tapions au beau milieu de l’un d’eux. Et là, le feu d’artifice commence. »

2011 pourrait être une de ces années grandioses. Les prévisionnistes tant de la NASA que d’autres instituts sont d’accord pour dire que la Terre fonce droit sur au moins trois de ces filaments de poussière qu’elle atteindra le 8 octobre. Ces rencontres successives devraient engendrer autant d’averses d’étoiles filantes à partir de 18 heures heure française, mais avec un pic entre 21h et 23h.

Les prévisionnistes ne sont cependant pas absolument certains de la force du spectacle, essentiellement parce que la comète Giacobini-Zinner est passée non loin de Jupiter à la fin des années 1880. À cette époque, l’attraction gravitationnelle de la planète géante a altéré l’orbite de la comète et introduit du même coup une certaine incertitude sur la position des filaments qu’elle a semés derrière elle depuis lors. Les différents modèles en compétition placent chacun ces filaments à des positions légèrement différentes, ce qui pourrait faire varier le taux de météores effectivement constaté de quelques dizaines à quelques centaines par heure.

Un des prévisionnistes les plus renommés, Paul Wiegert, de l’Université d’Ontario Occidental, va jusqu’à prévoir des taux de plus de 1000 étoiles filantes par heure : la définition même d’une véritable tempête d’étoiles filantes ! Et ce ne serait pas la première. Les rencontres rapprochées avec des filaments de poussière ont déjà produit des tempêtes de plus de 10 000 draconides par heure en 1933 et en 1946, et d’un peu moins fortes en 1985, 1998 et 2005.

Les météores de la comète Giacobini-Zinner semblent provenir de la constellation septentrionale du Dragon, « Draco » en latin, d’où leur nom. Les Draconides présentent en outre la particularité d’être parmi les plus lentes de toutes les étoiles filantes, frappant l’atmosphère à la vitesse de 20 km/s, soit quelque 72 000 km/h. Présenté comme ça, ça paraît beaucoup, mais c’est près de trois fois moins rapide que les célèbres étoiles filantes des Perséides qui embellissent nos nuits d’été entre les 11 et 13 août. Cette lenteur des Draconides les rend particulièrement visibles et minimise le risque qu’elles pourraient éventuellement représenter pour les satellites et autres engins spatiaux.

Malheureusement, un autre grand acteur du théâtre céleste pourrait venir gâcher en partie le spectacle : la Lune, qui sera quasi pleine. Le clair de Lune pourrait ainsi nous priver de 50 à 90 % de ces étoiles filantes des Draconides… Le suspense reste entier !

Quoi qu’il en soit, toute l’équipe de Ciel des Hommes sera mobilisée pour vous faire vivre cet événement. Sur le terrain, nos photoreporters décideront dans la journée de samedi de leur lieu de retransmission en fonction de la météo. Le site publiera leurs images, qui seront également relayées sur notre groupe Facebook ainsi que notre compte Twitter. Faites tourner l’information !

Dans notre dictionnaire de l'astronomie...

Le ciel au dessus de Genève avec des nuages, la Lune, Vénus, et un coucher de Soleil.
à lire aussi...
Ciel
L'astronomie débute par l'observation du ciel, qu'elle ne définit pas rigoureusement. Le ciel commence au-dessus de notre tête, regroupant oiseaux et étoiles.
à lire aussi...
Les constellations
L'atlas des constellations de Ciel des Hommes vous permet d'explorer les principales étoiles, nébuleuses, galaxies et autres objets du ciel profond
La pluie d’étoiles filantes des Géminides arrive -
à lire aussi...
Les étoiles filantes
Les étoiles filantes désignent les traînées lumineuses laissées dans le ciel nocturne par des météorites, plus particulièrement lors de pluies annuelles
La très mince couche de notre atmosphère bleue, vue depuis la Station Spatiale Internationale en 2015 par l'astronaute Scott Kelly
à lire aussi...
Atmosphère
L'atmosphère est la couche de gaz qui enveloppe une planète ou un satellite naturel ; celle de la Terre nous abrite et contribue à rendre la vie possible
La comète de Halley, célèbre photographie publiée par le New York Times lors de son passage en 1910
à lire aussi...
Les comètes
Les comètes sont des petits corps glacés du système solaire d'orbite fortement excentrique, elles ont une longue traînée lumineuse à l'approche du périhélie
"La nuit étoilée à Saint-Remy", de Van Gogh.<br>Pour voir l'Univers tel qu'il est, il faut soit la rigueur du scientifique, soit la sensibilité de l'artiste.Tout le reste n'est qu'illusion...
à lire aussi...
Etoile
constellation boréale | constellation boréale