Hermès et l’avertissement de Jupiter

article original publié par Science @ Nasa
auteur : Docteur Tony Phillips
traduction de Didier Jamet
2 NOVEMBRE 2003

La trace d’impact du fragment G de la comète SL-9 au sommet de l’atmosphère de Jupiter. Le diamètre de l’anneau extérieur est à peu près celui de la Terre, soit quelque 12 700 km
La trace d’impact du fragment G de la comète SL-9 au sommet de l’atmosphère de Jupiter. Le diamètre de l’anneau extérieur est à peu près celui de la Terre, soit quelque 12 700 km

H. Hammel (MIT), WFPC2, HST, NASA

Reinmuth observa pour la première fois Hermès s’approchant de la Terre en provenance de l’extérieur du Système Solaire. Il était alors particulièrement visible car la face éclairée de l’astéroïde faisait face à la Terre. Mais Hermès le fonceur croisa très vite l’orbite terrestre et ne nous montra bientôt plus que sa face sombre.

Les astéroïdes ont à peu près la couleur du charbon, aussi leur face non éclairée est-elle très peu lumineuse. Aussi le 3 novembre, cinq jours seulement après sa découverte, l’astéroïde était-il passé de la magnitude 8 à la magnitude 21, représentant une division par 60 000 de son éclat. On peut dire qu’Hermès a littéralement disparu.

Mais personne ne s’en préoccupa vraiment. Dans l’Europe de 1937, la seconde guerre mondiale était sur le point d’éclater, et les gens avaient d’autres soucis en tête. Hermès ne fit pas sensation.

Chodas évoque une autre explication : " la conviction des astronomes d’alors était que les collisions avec les astéroïdes étaient des phénomènes trop rarissimes pour mériter qu’on y prête attention. Et Hermès n’entama nullement cette conviction car la mode n’était pas au catastrophisme ".

Les choses ont changé depuis, essentiellement à cause de la comète Shoemaker – Levy 9 (SL-9), un objet découvert en 1993 alors que Gene Shoemaker et Dévid Levy cherchaient justement à retrouver Hermès.

SL – 9 frappa Jupiter le 14 juillet 1994, évènement que le monde entier put observer sur CNN. Longtemps avant cet impact, SL-9 avait été démembrée par les puissantes forces de marée de Jupiter. Les plus gros fragments, d’ailleurs sensiblement de la même taille qu’Hermès, explosèrent avec une telle puissance dans l’atmosphère de Jupiter qu’ils y formèrent de sombres traces d’impact aussi grandes que la Terre elle-même.

Jupiter nous envoyait un message : les catastrophes peuvent arriver.

" Gene a toujours pensé que le précédent Hermès aurait dû beaucoup plus attirer l’attention qu’il ne le fit à l’époque " rappelle David Levy. " De fait, avec son épouse Caroline, ils le cherchaient inlassablement ".

Gene Shoemaker était un visionnaire qui avait compris bien avant la plupart de ses collègues que les astéroïdes et les comètes constituaient une menace pour notre planète.

A la fin des années 70, avec quelques confrères, il se mit en quête des objets géocroiseurs en utilisant un télescope de 45 cm de diamètre à l’Observatoire du Mont Palomar. Et pendant longtemps ce fut le seul programme de ce type à la surface de la Terre. Ils découvrirent des dizaines d’astéroïdes et de comètes, dont SL-9, mais point Hermès.

" Quand Hermès passa tout près de la Terre en 1986, il aurait dû être une proie facile pour notre instrument " convient Levy. " Malheureusement le télescope était en maintenance ".

Gene Shoemaker trouva la mort dans un accident de voiture en 1999 sans savoir qu’il était passé si près du but.

Cette semaine, les astronomes amateurs du monde entier vont pouvoir faire quelque chose que Gene Shoemaker ne parvint jamais à réaliser : voir Hermès.

Hermès s’approche à présent très vite de notre planète. Le 4 novembre, il passera au large de la Terre à plus de 18 fois la distance Terre-Lune. Par comparaison, cette distance était 9 fois plus faible lors de sa découverte en 1937.

Il atteint d’ores et déjà la magnitude 13, soit une cible facile pour un télescope de 20 cm de diamètre équipé d’une caméra CCD. Dans quelle direction braquer votre télescope ? Pour le savoir, consultez les éphémérides du JPL.

Ces derniers jours, un groupe d’astronomes financés par la Nasa et emmenés par Jean-Luc Margot de l’UCLA ont suivi l’astéroïde au radar depuis l’antenne géante d’Arécibo à Porto Rico. Il en ressort qu’Hermès est en fait double : deux astéroïdes en rotation autour d’un centre de gravité commun, chacun mesurant près de 400 mètres de long.

Personne ne sait comment ce double Hermès s’est formé. Margot et son équipe espèrent en savoir plus quand l’astéroïde passera au plus près le 4 novembre, leurs observations à Arécibo étant complétées par celles effectuées au centre de la NASA de Goldstone.

A présent qu’Hermès bénéficie de notre attention, peut-être consentira-t-il à nous révéler quelques-uns de ses secrets.


Quelques liens pour approfondir le sujet

Le programme de recherche et de suivi des géocroiseurs de la Nasa

Ephémérides de l’astéroïde Hermès

Son orbite en 3D

Hermès alias 1937 UB

Observations radar d’Hermès

Communiqué de presse de l’observatoire Lowell

Annonce de la découverte de la nature binaire d’Hermès.

Dans notre dictionnaire de l'astronomie...

La très mince couche de notre atmosphère bleue, vue depuis la Station Spatiale Internationale en 2015 par l'astronaute Scott Kelly
à lire aussi...
Atmosphère
L'atmosphère est la couche de gaz qui enveloppe une planète ou un satellite naturel ; celle de la Terre nous abrite et contribue à rendre la vie possible
L'astéroïde Toutatis vu au radar sous différents angles
à lire aussi...
Astéroïde
La comète de Halley, célèbre photographie publiée par le New York Times lors de son passage en 1910
à lire aussi...
Les comètes
Les comètes sont des petits corps glacés du système solaire d'orbite fortement excentrique, elles ont une longue traînée lumineuse à l'approche du périhélie
Arecibo | astronome | astronome amateur | atmosphère de Jupiter | centre de gravité | collision | comète Shoemaker Levy | découverte | Arecibo | découverte | astronome | astronome amateur | atmosphère de Jupiter | centre de gravité | collision | comète Shoemaker Levy | distance Terre-Lune