Lumière cendrée

Un fin voile nuageux masque le croissant lunaire surexposé, mais laisse voir la lumière cendrée, cette pâle lueur qui suffit à éclairer la surface lunaire normalement plongée dans l’obscurité. On y distingue faiblement mers et cratères.
Un fin voile nuageux masque le croissant lunaire surexposé, mais laisse voir la lumière cendrée, cette pâle lueur qui suffit à éclairer la surface lunaire normalement plongée dans l’obscurité. On y distingue faiblement mers et cratères.

Crédit : Laurent Laveder

La lumière cendrée est la pâle illumination de la partie de la Lune normalement plongée dans l’obscurité et que l’on distingue cependant grâce à la réflexion de la lumière du Soleil par la Terre.

La lumière cendrée est bien visible dans les jours qui suivent et qui précédent la Nouvelle Lune. En dehors de ces périodes, elle est difficile à voir, car la luminosité globale de la partie de la Lune éclairée directement par le Soleil ébloui l’observateur et l’empêche de distinguer la faible lueur.

La Terre parvient à éclairer la Lune, car sa surface est recouverte de nuages et d’océans qui réfléchissent bien la lumière (au contraire des continents). Ainsi, l’albédo de la Terre est de 0,37 (c’est-à-dire qu’elle réfléchit 37 % de la lumière incidente).