Explosion de Columbia

article de Didier Jamet
1er MARS 2003

les traînées laissées dans le ciel du Texas par la navette Columbia en perdition
les traînées laissées dans le ciel du Texas par la navette Columbia en perdition

CNN

Le rappel des faits ainsi que les derniers développements de l'enquête

Derniers développements au 1er mars 2003

Le 28 février, la NASA a rendu public une très émouvante vidéo qui a survécu à la rentrée et montre les activités de l’équipage 10 minutes avant sa perte.

Au 15 février 2003, l’analyse des dernières données transmises par Columbia a orienté les enquêteurs vers l’hypothèse d’une perforation dans la structure de l’aile.

Cette perforation aurait servi de point d’entrée au plasma environnant la navette lors de sa rentrée dans l’atmosphère. L’effet chalumeau consécutif, s’épanchant sans obstacle dans le puits du train d’atterrissage, aurait alors attaqué la structure en aluminium de l’aile, provoquant sa déformation puis sa rupture.

Si cette hypothèse se confirmait, il resterait bien sûr à déterminer ce qui aurait pu provoquer cette perforation. L’incident au décollage, analysé par la suite comme sans conséquences sur la sécurité du véhicule, ou bien une collision en orbite avec un débris spatial ou une micrométéorite ?

Une collision en orbite, aussi infime soit-elle, aurait laissé une trace dans les enregistrements du dispositif SAMS, étalon des perturbations locales de microgravité permettant de calibrer les expériences embarquées à bord de STS 107. Ces données étaient transmises en permanence vers le sol, et leur dépouillement devrait permettre d’en avoir prochainement le cœur net.

S'agissant de l'incident au décollage, les enquêteurs envisagent au 19 février que le corps étranger qui est venu heurter l'aile gauche de Columbia soit en fait un morceau de glace ou bien une pièce de matériau isolant plus dense que celle initialement envisagée

Espace Magazine vous propose un dossier spécial complet sur la catastrophe de Columbia, avec notamment un abondant cahier photo et le point détaillé sur l’enquête dans son numéro de mars.

Rappel des faits

17 ans presque jour pour jour après l'explosion de Challenger au décollage, La navette spatiale Columbia, avec sept astronautes à bord, a définitivement cessé de transmettre ses données de télémesure durant le processus de rentrée dans l'atmosphère alors que son atterrissage était prévu samedi 1er février 2003 à 09H16 locales (15H16, heure française).

L'agence spatiale américaine a perdu le contact avec la navette Columbia le 1er février 2003 à 9H00 (15H00, heure française) après une dernière communication incomplète avec l'équipage, tandis que la navette survolait Dallas, à 60 kilomètres d'altitude et à 21 000 km/h.

Columbia s’est désintégrée lors de son processus de rentrée dans l'atmosphère. Un enregistrement vidéo de la castrophe est visible ici

Cette phase est une des plus délicates de la séquence de retour, pendant laquelle l'équipage ne dispose d'aucune échappatoire en cas de coup dur.

La mort des membres d'équipage a été officiellement confirmée.

Des débris sont signalés depuis l'est du Texas jusqu'en Louisiane et en oklahoma, mais la zone de retombée est sans doute beaucoup plus étendue, notamment s'agissant des débris les plus légers ou offrant la plus grande portance. Il n'y a pas eu de victimes au sol

Les 7 astronautes de la navette spatiale Columbia n’ont signalé aucun dysfonctionnement majeur jusqu’à la désintégration du vaisseau, excepté une baisse anormale de pression des pneus du train d'atterrissage situé dans l'aile gauche, qui faisait l'objet du dernier message incomplet en provenance de la navette.

La mission de trop ?

Columbia était la plus ancienne des navettes spatiales, la première a avoir été mise sur orbite, le 12 avril 1981, et c'était son 28eme vol.

En juillet 2001, confrontée à de drastiques réductions budgétaires, la NASA avait envisagé de mettre un terme à la carrière de Columbia après ses deux missions en 2002 (dont une a en fait eté reportée en janvier 2003, celle qui vient de s'avérer fatale).

Faut-il y voir l'indice d'un début d'inquiétude sur la fiabilité du véhicule et l'épuisement de son potentiel, ou simplement une mesure dictée par la rationalité économique ? (Columbia était celle qui disposait de la plus faible capacité d'emport des 4 navettes encore en service après la destruction de Challenger)

Dans ce contexte, une fatigue générale des structures de la navette pourrait donc être à l'origine de la catastrophe, ou une brusque et massive détérioration du revêtement thermique.

Dans notre dictionnaire de l'astronomie...

Le ciel au dessus de Genève avec des nuages, la Lune, Vénus, et un coucher de Soleil.
à lire aussi...
Ciel
L'astronomie débute par l'observation du ciel, qu'elle ne définit pas rigoureusement. Le ciel commence au-dessus de notre tête, regroupant oiseaux et étoiles.
La pluie d’étoiles filantes des Géminides arrive -
à lire aussi...
Les étoiles filantes
Les étoiles filantes désignent les traînées lumineuses laissées dans le ciel nocturne par des météorites, plus particulièrement lors de pluies annuelles
La très mince couche de notre atmosphère bleue, vue depuis la Station Spatiale Internationale en 2015 par l'astronaute Scott Kelly
à lire aussi...
Atmosphère
L'atmosphère est la couche de gaz qui enveloppe une planète ou un satellite naturel ; celle de la Terre nous abrite et contribue à rendre la vie possible
à lire aussi...
Agences Spatiales
à lire aussi...
Débris spatiaux
collision | astronaute | collision | astronaute