Des Perséides riches en bolides

article original publié par Science @ Nasa
auteur : Docteur Tony Phillips
traduction de Didier Jamet
30 JUILLET 2013

Un bolide des Perséides immortalisé il y a tout juste 20 ans, en 1993
Un bolide des Perséides immortalisé il y a tout juste 20 ans, en 1993

S. Kohle & B. Koch, Université de Bonn

Pour l'observateur amateur du ciel, rien ne vaut une étoile filante bien brillante déchirant la canopée céleste par une belle nuit sans Lune. L'éclair inattendu ajoute un soupçon de magie et de frisson à une balade convenue sous les étoiles.

Une nouvelle étude de chercheurs de la NASA vient tout juste de démontrer quand ces moments magiques avaient le plus de chances de se produire.

« Nous avons découvert qu'un essaim d'étoiles filantes est particulièrement fécond en bolides » explique Bill Cooke, du bureau de l'environnement météoritique de la NASA. «  Il s'agit de la pluie d'étoiles filantes des Perséides, qui connaît son pic d'activité tous les ans entre les 12 et 13 août. »

À l'aide d'un réseau de caméras à grand angle réparties à travers le sud des Etats-Unis, l'équipe de Cooke a constitué une base de données recensant des centaines de boules de feu. Et les données sont formelles : le champion des étoiles filantes les plus brillantes, appelées bolides, c'est bien l'essaim des Perséides.

Mais c'est quoi au juste un bolide en astronomie ? Techniquement parlant, toute étoile filante dont l'éclat rivalise ou dépasse celui des planètes Jupiter et Vénus au meilleur de leur forme.

On peut en réalité en observer chaque nuit. La plupart du temps, ils sont qualifiés de sporadiques, ce qui signifie qu'ils ne sont rattachés à aucun essaim particulier, mais font partie de l'immense cohorte de petits cailloux célestes parcourant en tous sens le système solaire, jusqu'au moment où ils entrent en contact avec les couches supérieures de l'atmosphère terrestre.

Mais ils deviennent encore plus fréquents lorsque la Terre vient à croiser un sillage de comète. C'est précisément ce qui se passe depuis le 17 juillet et jusqu'au 24 août, avec un pic autour des 12 et 13 août.

Nous devons la pluie d'étoiles filantes des Perséides à la comète périodique Swift-Tuttle, qui revient régulièrement semer des débris cométaires dans les parages terrestres. Chaque année à cette même époque, la Terre traverse un champ de poussières plus ou moins volumineuses relâchées dans son sillage par la comète tandis qu'elle approche du Soleil et se vaporise. Les météorides des Perséides frappent notre atmosphère à la vitesse fantastique de plus de 212 000 km/h (près de 60 kilomètres à la seconde !), nous offrant un spectacle lumineux annuel de toute beauté et parmi les plus appréciés par les astronomes amateurs.

Cooke pense que cette richesse en bolides des Perséides vient de la taille de leur comète progénitrice : « Swift-Tuttle a un noyau colossal, d'environ 26 km de diamètre » commente-t-il. « La plupart des autres comètes ont un noyau bien plus petit, de l'ordre de quelques kilomètres de diamètre. Il en résulte que la comète Swift-Tuttle produit un nombre proportionnel de météorides, dont un bon nombre sont d'une taille suffisante pour finir en bolides. »

Pour optimiser vos chances de voir un bolide, Cooke conseille d'observer pendant les nuits du 12 et 13 août entre 22h30 et 04h30 du matin. Avant minuit, il y aura peu d'étoiles filantes, puis leur nombre augmentera avant de culminer vers 04h30, alors que la constellation de Persée, d'où semblent, comme leur nom l'indique, provenir les Perséides, sera au plus haut dans le ciel.

Il indique un ratio de un bolide pour douze étoiles filantes normales.

« Eloignez-vous de la lumière des grandes villes » conseille-t-il. « Même si les bolides peuvent être vus sans problèmes depuis les villes, vous rateriez les légions de discrètes Perséides. »

En tout, vous pourriez voir au meilleur de la nuit jusqu'à une centaine de Perséides par heure.

Ça fait tout de même beaucoup de magie. Alors n'oubliez pas d'admirer le spectacle.

Dans notre dictionnaire de l'astronomie...

Le ciel au dessus de Genève avec des nuages, la Lune, Vénus, et un coucher de Soleil.
à lire aussi...
Ciel
L'astronomie débute par l'observation du ciel, qu'elle ne définit pas rigoureusement. Le ciel commence au-dessus de notre tête, regroupant oiseaux et étoiles.
à lire aussi...
Les constellations
L'atlas des constellations de Ciel des Hommes vous permet d'explorer les principales étoiles, nébuleuses, galaxies et autres objets du ciel profond
La pluie d’étoiles filantes des Géminides arrive -
à lire aussi...
Les étoiles filantes
Les étoiles filantes désignent les traînées lumineuses laissées dans le ciel nocturne par des météorites, plus particulièrement lors de pluies annuelles
La très mince couche de notre atmosphère bleue, vue depuis la Station Spatiale Internationale en 2015 par l'astronaute Scott Kelly
à lire aussi...
Atmosphère
L'atmosphère est la couche de gaz qui enveloppe une planète ou un satellite naturel ; celle de la Terre nous abrite et contribue à rendre la vie possible
La comète de Halley, célèbre photographie publiée par le New York Times lors de son passage en 1910
à lire aussi...
Les comètes
Les comètes sont des petits corps glacés du système solaire d'orbite fortement excentrique, elles ont une longue traînée lumineuse à l'approche du périhélie
"La nuit étoilée à Saint-Remy", de Van Gogh.<br>Pour voir l'Univers tel qu'il est, il faut soit la rigueur du scientifique, soit la sensibilité de l'artiste.Tout le reste n'est qu'illusion...
à lire aussi...
Etoile
astronome | astronomie | atmosphère de la Terre | comète périodique | comète Swift-Tuttle | astronome amateur | astronome | astronome amateur | astronomie | atmosphère de la Terre | comète périodique | comète Swift-Tuttle