Inondations ! Incendies ! SERVIR !

article original publié par Science @ Nasa
auteur : Docteur Tony Phillips
traduction de Didier Jamet
12 FEVRIER 2007

L’accumulation de précipitations pendant les inondations au Panama, vues par TRMM, la Mission de Mesure des Pluies Tropicales.
L’accumulation de précipitations pendant les inondations au Panama, vues par TRMM, la Mission de Mesure des Pluies Tropicales.

Hal Pierce, Dr. Robert Adler/TRMM Project

Une forte pluie d’orage peut causer des dégâts. Plusieurs jours de pluie intenses peuvent être mortels. En Novembre dernier, un front stationnaire est resté au-dessus du Nord du Panama, faisant tomber plus de 30cm de précipitations, balayant des ponts, provoquant des glissements de terrain, tuant douze personnes et en laissant 1 300 sans abris. En tout, la tempête a causé près de 10 millions de dollars de dégâts (7 millions d’Euros).

Ca aurait pu être pire. Heureusement, le gouvernement panaméen a accès à ce qui se fait de mieux en matière d’observation de la Terre, le système SERVIR.

" Pendant le désastre, le président du Panama s’est rendu aux locaux de SERVIR ", raconte Emil Cherrington, un scientifique du projet. " A partir des informations que nous lui avons données, l’agence de la défense nationale civile a publié un bulletin d’alerte pour deux régions du Panama : Bocas del Toro et Veraguas. Elles ont été prévenues des risques de glissements de terrain et de la nécessité d’être prêt à évacuer. "

" Le rôle de SERVIR dans la gestion de la catastrophe a été prouvé quand des vies ont été sauvées parce que les glissements de terrain avaient été anticipés. "

Cherrington est le scientifique en chef pour CATHALAC, une organisation internationale basée à Panama. " SERVIR est un effort conjoint entre CATHALAC, la NASA, l’Agence Américaine du Développement International, la Banque Mondiale, la Commission d’Amérique Centrale pour l’Environnement et le Développement (CCAD), et d’autres partenaires. "

Comment fonctionne SERVIR ? " Le système récupère des données provenant d’une constellation de satellites de la NASA ou du NOAA (l’agence météorologique américaine) en orbite géostationnaire ou polaire. " Après traitement, ces données sont combinées avec les observations faites au sol et transmises au site web de SERVIR, ce qui donne une vue en temps réel de la météo en Amérique centrale.

Mais SERVIR est bien plus qu’une station météo high-tech, dit-il. " Le site web permet également de surveiller les incendies, les inondations, les volcans, le développement d’algues nuisibles et d’autres risques écologiques à long terme. "

Une des fonctions les plus appréciées du site est SERVIR Viz, un programme téléchargeable de 60MO basé sur le logiciel World Wind de la NASA. A la manière de " Google Earth ", le programme permet à l’utilisateur de superposer différentes cartes liées à la météo et à la géographie méso-américaine. " Vous pouvez utiliser le programme pour localiser précisément les zones présentant un risque d’inondation ou de glissement de terrain, ou consulter les données sismiques ou volcaniques fournies par l’USGS (le Bureau américain des Recherches Géologiques) ".

" D’ailleurs, tous les matins, les actualités régionales de la 2ème Chaîne de Panama utilisent SERVIR-Viz pour les prévisions météo et environnementales ", remarque Dan Irwin, du Centre Spatial Goddard de la NASA, le directeur du projet VIZIR.

Toutes ces informations, présentées de manière claire et conviviale, font de SERVIR un système d’aide à la décision vital pour les dirigeants d’Amérique Centrale, selon Emil Cherrington. Il répond aux questions cruciales : " Que va-t-il arriver demain ? Que va-t-il se produire ensuite ? Quelles zones devons-nous évacuer ? ".

La portée de SERVIR s’étend. Récemment, CATHALAC a signé un accord avec le Centre de Coordination Méso-Américain pour la Prévention des Catastrophes Naturelles (CEPREDENAC). " Avec cet accord, SERVIR servira de base au système du Centre des Opérations d’Urgence d’Amérique centrale, conçu par l’entité Sud du Programme Américain d’Assistance Humanitaire " explique Irwin. " Ce développement témoigne de l’utilité de SERVIR dans la gestion des catastrophes et permettra l’accès en temps utile à un nouvel ensemble d’outils de gestion d’événements extrêmes ".

" Il est important que les gens apprennent à utiliser ces outils ", poursuit Cherrington. " Depuis l’inauguration de SERVIR en février 2005, nous avons formé les représentants du gouvernement des différentes régions à l‘utilisation des données de visualisation de l’environnement. "

Qu’y a-t-il de mieux à dire sur SERVIR ? Il est opérationnel et accessible à tous, explique Emil Cherrington. " SERVIR est un système ouvert, gratuit, et ses données sont accessibles à tout moment ".

Dans notre dictionnaire de l'astronomie...

Le ciel au dessus de Genève avec des nuages, la Lune, Vénus, et un coucher de Soleil.
à lire aussi...
Ciel
L'astronomie débute par l'observation du ciel, qu'elle ne définit pas rigoureusement. Le ciel commence au-dessus de notre tête, regroupant oiseaux et étoiles.
à lire aussi...
Les constellations
L'atlas des constellations de Ciel des Hommes vous permet d'explorer les principales étoiles, nébuleuses, galaxies et autres objets du ciel profond
La pluie d’étoiles filantes des Géminides arrive -
à lire aussi...
Les étoiles filantes
Les étoiles filantes désignent les traînées lumineuses laissées dans le ciel nocturne par des météorites, plus particulièrement lors de pluies annuelles
astre | centre spatial Goddard | carte | astre | centre spatial Goddard | carte