Les scientifiques prédisent un cycle solaire intense.

article original publié par Science @ Nasa
auteur : Docteur Tony Phillips
traduction de Didier Jamet
22 DECEMBRE 2006

Une proéminence solaire en éruption photographiée par l\'observatoire spatial SOHO
Une proéminence solaire en éruption photographiée par l'observatoire spatial SOHO

NASA/ESA

Tous les indices convergent : le prochain cycle solaire sera d’une intensité exceptionnelle. Le cycle solaire 24, qui devrait culminer en 2010 ou 2011, " semble parti pour être un des cycles les plus intenses depuis que ceux-ci sont observés, c’est à dire bientôt 400 ans " confirme le physicien solaire David Hathaway du centre spatial Marshall.

Avec son confrère Robert Wilson, ils viennent de présenter cette conclusion au congrès de l’Union Géophysique Américaine qui s’est tenu la semaine dernière à San Francisco.

Leurs prévisions se fondent sur les mentions d’orages géomagnétiques faites à travers l’histoire.

Hathaway explique ce qu’est un orage magnétique : " lorsqu’une rafale de vent solaire frappe le champ magnétique terrestre, l’impact secoue le champ magnétique. S’il est suffisamment secoué, nous qualifions l’évènement d’orage géomagnétique. " Dans les cas extrêmes, ces orages magnétiques peuvent provoquer des pannes de courant et rendre folles les aiguilles des boussoles. Les aurores polaires sont également un de leurs jolis effets secondaires.

Hathaway et Wilson se sont intéressés aux cas avérés d’activité géomagnétique jusqu’à 150 ans en arrière, grâce à quoi ils ont pu faire une observation fort utile : " L’activité géomagnétique actuelle nous renseigne sur ce que sera le cycle solaire dans 6 ou 8 ans " affirme Hathaway. Une image valant 1000 mots, reportez vous à la deuxième de la colonne de droite ci-contre.

Les courbes noires décrivent les cycles solaires, dont l’amplitude correspond au nombre de taches apparaissant à la surface du Soleil. Les courbes rouges correspondent aux indices géomagnétiques, spécifiquement l’Indice Horaire de Varaiabilité, ou IHV. " Ces indices sont déduits des enregistrements de magnétomètres situés à deux endroits opposés de la Terre, un en Angleterre, et l’autre en Australie. Les données IHV ont été enregistrées quotidiennement depuis 1868 " confirme Hathaway.

En croisant le nombre de taches et l’indice IHV, ils ont découvert que l’IHV permettait de prédire l’amplitude du cycle solaire 6 ans à l’avance, avec un coefficient de corrélation de 94 %.

Hathaway reconnaît modestement qu’il " ne sait pas pourquoi ça marche. " Les mécanismes physiques sous-jacents sont encore un mystère " Mais ça marche ".

Selon leurs analyses, le prochain maximum solaire devrait culminer vers 2010, avec un nombre de taches de 160, plus ou moins 25. Cela en ferait un des cycles solaires les plus violents des 50 dernières années, soit un des plus puissants des temps historiques tout court.

Les astronomes comptent les taches solaires depuis Galilée, surveillant les hauts et les bas de l’activité solaire le long de leur cycle de 11 ans. Etrangement, 4 des 5 cycles les plus intenses connus se sont produits au cours de 50 dernières années. " Le cycle 24 devrait se trouver exactement dans les mêmes configurations " affirme Hathaway.

Ces résultats ne sont que les derniers d’une série d’indices convergents qui autorisent à penser que le cycle 24 sera exceptionnel. D’après Hathaway, le plus convaincant de tous est le travail de Mausumi Dikpati et de ses collègues du centre national de recherche atmosphérique (NCAR) de Boulder, dans le Colorado. " Ils ont combiné des observations du " grand tapis roulant " solaire avec un modèle informatique sophistiqué de la dynamo interne du Soleil afin de produire des prédictions du prochain cycle solaire fondées sur des données physiques ". Bref, ce cycle promet d’être particulièrement intense.

" Tout se tient " confirme Hathaway. Pour savoir si ce cycle 24 tient ses promesses, revenez régulièrement sur Ciel des Hommes !

Dans notre dictionnaire de l'astronomie...

Le ciel au dessus de Genève avec des nuages, la Lune, Vénus, et un coucher de Soleil.
à lire aussi...
Ciel
L'astronomie débute par l'observation du ciel, qu'elle ne définit pas rigoureusement. Le ciel commence au-dessus de notre tête, regroupant oiseaux et étoiles.
La très mince couche de notre atmosphère bleue, vue depuis la Station Spatiale Internationale en 2015 par l'astronaute Scott Kelly
à lire aussi...
Atmosphère
L'atmosphère est la couche de gaz qui enveloppe une planète ou un satellite naturel ; celle de la Terre nous abrite et contribue à rendre la vie possible
activité solaire | astronome | aurore | boussole | centre spatial Marshall | champ magnétique | champ magnétique terrestre | cycle | activité solaire | cycles solaires | astronome | aurore | boussole | centre spatial Marshall | champ magnétique | champ magnétique terrestre | cycle | cycles solaires