Cuisine probabiliste et dépendance médiatique

article original publié par Science @ Nasa
auteur : Docteur Tony Phillips
traduction de Didier Jamet
26 JUILLET 2002

John Rogers a obteu cette image de 2002 NT7, faible et lointain, le 23 juillet 2002 au Camarillo Observatory
John Rogers a obteu cette image de 2002 NT7, faible et lointain, le 23 juillet 2002 au Camarillo Observatory

Camarillo Observatory

« Quand nous calculons la position d’un astéroïde » continue Giorgini, « le résultat n’est pas un point isolé dans l’espace. Au lieu de cela, on obtient un volume d’espace où l’astéroïde pourrait avoir une probabilité de se trouver.

Nous raisonnons avec des probabilités, pas avec des réponses absolues et définitives, car la solution de l’orbite se fonde sur des mesures qui contiennent des erreurs. » (par exemple, la position d’un astéroïde mesurée optiquement est biaisée par le scintillement et la réfraction produits par l’atmosphère terrestre. Les radars fournissent de meilleurs résultats selon giorgini, mais aucune donnée radar n’a encore été obtenue pour 2002 NT7.)

« Quand vous prolongez ces probabilités initiales vers le futur, leur incertitude s’accroît naturellement. Pour un objet récemment découvert, avec seulement quelques jours de suivi, la zone d’incertitude peut facilement s’étendre pour couvrir une grosse partie de tout le Système Solaire interne. Et comme la Terre fait partie du Système Solaire interne, et peut potentiellement couper cette sphère de probabilités grossières, nous fournissons une probabilité finie d’impact. »

« Une probabilité finie n’est cependant pas une prédiction d’impact » prend-il soin de préciser, « mais le simple constat que la probabilité est non-nulle. Bien sûr, beaucoup d’évènements ont une probabilité non-nulle – dont l’écrasante majorité ne se réalisera jamais. » (comme par exemple le titre de journal « Tony Phillips a gagné le gros lot »)

Si le JPL fait figurer des astéroïdes comme 2002 NT7 sur sa liste d’alerte Internet, ce n’est pas pour provoquer une panique explique Yeomans, mais pour demander une attention toute particulière de la part des astronomes sur de nouvelles découvertes qui le méritent. « Il est essentiel de suivre ces astéroïdes de manière continue afin de préciser leurs trajectoires. Les signaler à un grand nombre d’observateurs est utile. »

Mais alors que faire lorsqu’on n’est pas astronome ?

La prochaine fois que vous entendrez parler d’un « Astéroïde tueur menaçant la Terre ! », posez-vous deux questions :

- Connaît-on ce caillou baladeur depuis au moins plus d’une semaine ? (Si la réponse est non, vérifiez un mois plus tard. Il ne sera alors probablement plus considéré comme un tueur.)

- Quelles sont les probabilités d’impact ? Si vous avez plus de chance de gagner à la loterie que cet astéroïde de frapper la Terre, ça n’est certainement pas la peine de vous inquiéter.

Dans notre dictionnaire de l'astronomie...

La très mince couche de notre atmosphère bleue, vue depuis la Station Spatiale Internationale en 2015 par l'astronaute Scott Kelly
à lire aussi...
Atmosphère
L'atmosphère est la couche de gaz qui enveloppe une planète ou un satellite naturel ; celle de la Terre nous abrite et contribue à rendre la vie possible
L'astéroïde Toutatis vu au radar sous différents angles
à lire aussi...
Astéroïde
atmosphère de la Terre | astronome | découverte | atmosphère de la Terre | astronome | découverte