Débris de comète en approche

article original publié par Science @ Nasa
auteur : Docteur Tony Phillips
traduction de Didier Jamet
13 MAI 2006

Image de la dislocation de la comète 73P en 1995.
Image de la dislocation de la comète 73P en 1995.

Jim V. Scotti.

En mai 2006, un " collier de perles " cosmique passera non loin de la Terre, offrant aux astronomes l’extraordinaire opportunité d’observer une comète en train de se disperser. L’évènement est sans aucun risque, et il existe une infime probabilité pour qu’il nous réserve une belle surprise : une nouvelle pluie d’étoiles filantes !

En 1995, la comète 73P/Schwassmann-Wachmann 3 fit quelque chose d’inattendu : elle se brisa en morceaux. Sans raison apparente, le noyau de la comète éclata en trois " mini-comètes " se déplaçant en file indienne à travers l’espace. Les astronomes observèrent le phénomène avec intérêt, mais même à l’aide de grands télescopes, la vue était floue : " 73P " se trouvait alors à la bagatelle de près de 250 millions de kilomètres de la Terre.

Nous sommes sur le point de la voir de beaucoup plus près. En mai 2006, les fragments vont passer plus près de la Terre qu’aucune comète ne s’est aventurée au cours des vingt dernières années.

" C’est une opportunité rarissime d’observer une comète à l’agonie, et de très près qui plus est " confirme Don Yeomans, directeur du programme d’étude des objets proches de la Terre à la Nasa.

Y a-t-il un quelconque danger de collision avec la Terre ? " Grand Dieu, non ! " nous rassure Yeomans. " Le fragment le plus proche ne passera pas à moins de 9 millions de kilomètres de la Terre. C’est 25 fois la distance Terre-Lune ! " Bref, c’est tout à la fois proche sans être aucunement inquiétant.

Ce passage va cependant être une grande affaire. " Le télescope spatial Hubble sera mobilisé " nous informe Yeomans, " et aussi le grand radiotélescope d’Arecibo, à Porto Rico, dont les ondes ricocheront à la surface des fragments afin de déterminer leur forme et leur période de rotation. " Même les astronomes amateurs pourront observer le passage de ces mini comètes au travers des constellations du Cygne et de Pégase entre le 12 et le 14 mai 2006.

Paradoxalement, ces comètes, pourtant très proches, ne seront guère brillantes. Les plus gros fragments ne sont pas attendus au-dessous de la troisième ou quatrième magnitude, et ne seront donc que péniblement visibles à l’oeil nu.

" N’oubliez pas qu’il s’agit de mini comètes " rappelle Yeomans. Elles n’ont donc rien à voir avec les mémorables Hyakutake et Hale-Bopp de 1996 et 1997. Ces dernières étaient clairement visibles à l’oeil nu, même au coeur des villes saturées de pollution lumineuse, Les fragments de 73P seront au mieux visibles en pleine campagne, et il vaudra mieux prévoir une paire de jumelles.

En 1995, les astronomes ont baptisé les fragments qu’ils purent observer A, B et C. Depuis, le fragment A s’est entièrement dissous, mais B et C tiennent bon. Les astronomes amateurs Ernesto Guido et Giovanni Sostero les ont photographiés le 26 février 2006 avec un télescope de 35 cm de diamètre au Nouveau Mexique (voir ci-contre à droite)

Depuis, cinq nouveaux fragments ont été découverts : G, H, J, K et L. Ils sont tous petits et faiblement lumineux, mais cependant à la portée de grands télescopes d’amateurs. Au fur et à mesure qu’elle se rapprochera de nous, 73P nous révèlera peut-être d’autres fragments. Personne ne sait quelle sera exactement la longueur de ce " collier de perles ".

Et il se peut même qu’elle nous réserve une surprise supplémentaire : une nouvelle pluie d’étoiles filantes.

Pour être tout à fait honnête, c’est très peu probable, et aucun spécialiste des prévisions de pluies de météores n’y croit vraiment. On ne peut toutefois complètement écarter l’hypothèse selon laquelle un nuage de poussières se serait largement étendu depuis la rupture de 1995, au point de croiser l’orbite de notre planète en mai 2006 et de provoquer une pluie d’étoiles filantes dans son atmosphère.

L’astronome Paul Wiegert, de l’université de l’Ontario occidental, a étudié cette possibilité.

" Nous pensons que la vitesse d’expansion du nuage est bien trop faible pour qu’il puisse atteindre la Terre onze ans seulement après l’évènement " reconnait-il, " mais en réalité tout dépend de ce qui a provoqué la rupture du noyau. Et ça, nous ne le savons pas. "

" L’éventualité la plus probable est un stress thermique, provoquant la rupture du noyau de glace, comme ce qui se passe quand on plonge des glaçons dans un liquide à température ambiante en été : la comète approchait du Soleil quand elle s’est brisée, et auparavant elle avait longuement séjourné dans les confins glacés du système solaire. Si c’est bien ce qui s’est passé, alors le nuage de débris devrait être en expansion très lente, et nous n’aurons pas de pluie d’étoiles filantes. "

Mais imaginons que la comète ait été victime d’un impact avec un petit astéroïde interplanétaire. Une violente collision aurait alors pu produire un nuage de débris en expansion beaucoup plus rapide, lequel pourrait avoir atteint aujourd’hui un diamètre lui permettant de croiser l’orbite de notre planète.

Wiegert s’attend à ne rien observer, mais il encourage pourtant les amateurs d’astronomie à rester prêts à toute éventualité. Ce ne serait pas la première fois qu’une comète à l’agonie produirait une pluie d’ étoiles filantes.

" Un exemple célèbre et spectaculaire reste la comète Biela, dont on observa l’éclatement en 1846, puis la disparition définitive en 1872 " rappelle-t-il. " Au moins trois pluies d’étoiles filantes très intenses (3000 à 5000 par heure) furent imputables à cette comète mourante en 1872, 1885 et 1892 ".

En partant de l’hypothèse d’une rupture par choc thermique, Wiegert et ses collègues ont calculé la trajectoire la plus probable du nuage de poussières de 73P. Leurs résultats : le nuage de poussières cométaires ne devrait pas atteindre la Terre avant 2022, " produisant alors une faible pluie d’étoiles filantes. Rien de bien spectaculaire en tout cas. Cependant, la poursuite du processus de dislocation du noyau signifie que la comète génère de nouveaux météoroïdes régulièrement et les expédie dans toutes les directions, aussi on ne peut pas exclure la probabilité d’une forte pluie due à 73P dans un futur plus lointain. "

Surveillons déjà ce qui se passera la 12 mai 2006...

Quelques liens pour aller plus loin (en anglais)

cartes du ciel: 12 mai, 13 mai, 14 mai.

éphémérides des fragments cométaires -- JPL

The

Herculid meteor shower and Comet 73P/Schwassmann–Wachmann

3

Comet

73P/Schwassmann–Wachmann 3 -- a history of observations

Comet

3D/Biela -- a comet that broke apart in 1846 and

subsequently produced three strong meteor showers.

The

Vision for Space Exploration

Dans notre dictionnaire de l'astronomie...

Le ciel au dessus de Genève avec des nuages, la Lune, Vénus, et un coucher de Soleil.
à lire aussi...
Ciel
L'astronomie débute par l'observation du ciel, qu'elle ne définit pas rigoureusement. Le ciel commence au-dessus de notre tête, regroupant oiseaux et étoiles.
carte du ciel
à lire aussi...
La carte du Ciel
Découvrez l'astronomie avec notre carte du ciel interactive, avec l'aspect des constellations, de la Lune et des planètes depuis tous lieux et toutes dates
à lire aussi...
Les constellations
L'atlas des constellations de Ciel des Hommes vous permet d'explorer les principales étoiles, nébuleuses, galaxies et autres objets du ciel profond
La pluie d’étoiles filantes des Géminides arrive -
à lire aussi...
Les étoiles filantes
Les étoiles filantes désignent les traînées lumineuses laissées dans le ciel nocturne par des météorites, plus particulièrement lors de pluies annuelles
La très mince couche de notre atmosphère bleue, vue depuis la Station Spatiale Internationale en 2015 par l'astronaute Scott Kelly
à lire aussi...
Atmosphère
L'atmosphère est la couche de gaz qui enveloppe une planète ou un satellite naturel ; celle de la Terre nous abrite et contribue à rendre la vie possible
L'astéroïde Toutatis vu au radar sous différents angles
à lire aussi...
Astéroïde
La comète de Halley, célèbre photographie publiée par le New York Times lors de son passage en 1910
à lire aussi...
Les comètes
Les comètes sont des petits corps glacés du système solaire d'orbite fortement excentrique, elles ont une longue traînée lumineuse à l'approche du périhélie
"La nuit étoilée à Saint-Remy", de Van Gogh.<br>Pour voir l'Univers tel qu'il est, il faut soit la rigueur du scientifique, soit la sensibilité de l'artiste.Tout le reste n'est qu'illusion...
à lire aussi...
Etoile
Arecibo | astronome amateur | astronomie | aucun risque | carte | collision | cosmos | distance Terre-Lune | astronome | Arecibo | astronome | astronome amateur | astronomie | aucun risque | carte | collision | cosmos