Une spectaculaire conjonction

article original publié par Science @ Nasa
auteur : Docteur Tony Phillips
traduction de Didier Jamet
22 JUIN 2005

Saturne, Vénus et Mercure se rendant à leur grand rendez-vous du week-end. Nous les voyons ici immortalisés au-dessus du pic Pike, le 19 juin 2005, par Jimmy Westlake.

Cliquez sur le lien du crédit pour avoir accès à une image à plus haute résolution et non légendée
Saturne, Vénus et Mercure se rendant à leur grand rendez-vous du week-end. Nous les voyons ici immortalisés au-dessus du pic Pike, le 19 juin 2005, par Jimmy Westlake. Cliquez sur le lien du crédit pour avoir accès à une image à plus haute résolution et non légendée

Jimmy Westlake

Mercure, Vénus et Saturne se sont donné rendez-vous ce week-end pour une merveilleuse rencontre. Voici tout ce qu’il vous faut savoir pour profiter au mieux du spectacle.

Etendez le bras et levez le pouce. Il n’a pas l’air bien grand. Et pourtant, votre pouce est assez grand pour recouvrir trois planètes…

Ce week-end, Mercure, Vénus et Saturne vont se réunir dans un tout petit coin de ciel, pas plus grand que votre pouce vu à bout de bras. Les astronomes appellent ce phénomène une " conjonction ", et celle-ci va être spectaculaire.

Les choses sérieuses commencent samedi soir, le 25 juin 2005. Peu après 22 heures, mettez le nez dehors et regardez en direction des derniers feux du Soleil couchant. Vénus apparaîtra la première, un brillant point lumineux juste au-dessus de l’horizon.

Tandis que le ciel s’obscurcit, Saturne et Mercure se révèlent enfin. Les trois planètes vont former un spectaculaire triangle de moins de 1,5° de côté, facilement masqué par votre pouce.

C’est déjà pas mal, mais ça va devenir encore mieux ! Dimanche soir 26 juin, le triangle va encore rétrécir, Vénus et Mercure n’étant plus séparées que de 0,5°. À présent, les trois planètes tiennent toutes derrière votre petit doigt !

Le clou du spectacle sera certainement atteint le lundi 27 juin. Tandis que Saturne sera encore dans les parages, Vénus et Mercure sembleront incroyablement proches : elles ne seront séparées que de 1/10e de degré. De telles proximités entre planètes brillantes sont littéralement envoûtantes.

Essayez de partager ce moment unique avec des gens qui n’ont pas souvent l’occasion d’observer le ciel. Cette conjonction marquante vous permettra de leur apprendre deux ou trois petites choses sur le système solaire.

Trois planètes très différentes

De toutes les planètes du système solaire, Mercure est la plus proche du Soleil. Pourtant, ce n’est pas la plus chaude ! Elle est en effet devancée par Vénus, dont la température de surface est de 460 ° centigrades, largement de quoi faire fondre du plomb ! Vénus doit cette température infernale à son épaisse atmosphère constituée de dioxyde de carbone, un véritable piège dont le rayonnement solaire ne peut s’échapper, ce qui a mené à un effet de serre catastrophique.

Mais en fait, Vénus ne doit pas son éclat à sa chaleur. Non, ce sont ses nuages qui sont d’excellents réflecteurs de la lumière du Soleil. Contrairement aux nuages que nous connaissons sur Terre, ceux de Vénus sont gorgés d’acide sulfurique. Ils surnagent au-dessus d’une atmosphère où la pression atteint 90 fois celle qui règne à la surface de la Terre. En clair, si vous vous posiez sur Vénus, dès que vous auriez mis un pied hors de votre vaisseau, vous vous retrouveriez réduit en bouillie par la pression équivalente à celle régnant au fond des océans, cuit instantanément par la chaleur, et pour finir dissous par l’acide sulfurique… Un bon conseil : n’y allez pas…

Mercure est un endroit à peine plus hospitalier. Sur le coup de midi, la température y atteint la bagatelle de 430° centigrades. C’est une température que le four de votre cuisine serait bien incapable d’atteindre, et tant mieux car une pizza placée dans un tel four serait immédiatement carbonisée. Pourtant, des radars terrestres ont interprété des échos en provenance des régions polaires de Mercure comme la signature caractéristique de la glace d’eau. Comment de tels extrêmes peuvent-ils cohabiter sur une même planète ? C’est encore un mystère.

Piège à astronomes

Voulez-vous jouer un bon tour à un astronome ? Montrez-lui une image de la surface de Mercure, et demandez-lui de quoi il s’agit. S’il ne prend pas garde, il y a de fortes chances pour qu’il vous affirme qu’il s’agit de la Lune ! Mais il aura une bonne excuse : La Lune et Mercure présentent en effet un aspect très semblable, criblé de cratères. Cependant Mercure a quelque chose de plus : de longues falaises sinueuses appelées " escarpements lobés ". Certains scientifiques pensent que ces escarpements sur Mercure sont comme les rides qui apparaissent sur les grains de raisin : un signe de rapetissement. Une planète en train de se ratatiner ? Le vaisseau Messenger de la Nasa est en route vers Mercure pour faire toute la lumière sur cette affaire.

Si vous observez Vénus ou Mercure au télescope, vous ne verrez rien de spectaculaire. Vues dans un instrument, aucune ne présente de structure particulière, Vénus du fait de ses épais nuages, Mercure du fait de sa taille et de son relatif éloignement. Mais Saturne est toute différente. Même une petite lunette vous révèlera, sous la forme d’une délicate olive, la présence de ses anneaux.

Galilée a découvert les anneaux il y aura bientôt 400 ans, en 1610, mais il ne comprit alors pas de quoi il s’agissait. Une planète entourée d’un anneau était chose inconcevable pour un homme de son époque, fut-il Galilée. Ceci dit, les astronomes d’aujourd’hui n’en reviennent toujours pas. Ils sont vraiment stupéfaits de la finesse des anneaux. Si vous réalisiez une maquette de Saturne d’un mètre de diamètre, il vous faudrait utiliser un matériau 10 000 fois plus fin qu’une lame de rasoir pour représenter les anneaux à l’échelle ! Mais ce n’est pas tout : les anneaux sont agités d’étranges " vagues ", et même de cannelures et de rayons. Et le plus fort de tout : on ne sait même pas d’où ils viennent.

Et rose, elle vivra ce que vivent les roses

Certains astrophysiciens soutiennent que les anneaux de Saturne sont les débris d’une ancienne petite lune de Saturne qui se serait trop approchée de la géante, finissant par éclater il y a quelques centaines de millions d’années. Cela se serait produit à une époque où les dinosaures régnaient en maîtres sur la Terre, il y a 300 millions d’années. Il se trouve que les petites lunes de Saturne qui tournent à l’intérieur des anneaux volent du moment orbital aux particules qui les constituent, si bien que ceux-ci semblent condamnés à disparaître à plus ou moins long terme. Les anneaux de Saturne vont-ils connaître le destin de ces roses qui, à peine écloses, vivent ce que vivent les roses, l’espace d’un matin ?

C’est une des questions, parmi beaucoup d’autres, que la mission américano-européenne Cassini-Huygens est en train d’étudier depuis juillet 2004. La mission va se poursuivre au moins jusqu’en 2008, ce qui lui permettra également d’étudier toutes les lunes de Saturne (elles sont aujourd’hui au nombre de 34), ses anneaux mais également sa météorologie. Chaque jour qui passe apporte sa moisson de nouvelles images que vous pouvez voir ici.

Décidément, c’est fou tout ce qui peut se passer derrière votre pouce…

Dans notre dictionnaire de l'astronomie...

Le ciel au dessus de Genève avec des nuages, la Lune, Vénus, et un coucher de Soleil.
à lire aussi...
Ciel
L'astronomie débute par l'observation du ciel, qu'elle ne définit pas rigoureusement. Le ciel commence au-dessus de notre tête, regroupant oiseaux et étoiles.
La pluie d’étoiles filantes des Géminides arrive -
à lire aussi...
Les étoiles filantes
Les étoiles filantes désignent les traînées lumineuses laissées dans le ciel nocturne par des météorites, plus particulièrement lors de pluies annuelles
La très mince couche de notre atmosphère bleue, vue depuis la Station Spatiale Internationale en 2015 par l'astronaute Scott Kelly
à lire aussi...
Atmosphère
L'atmosphère est la couche de gaz qui enveloppe une planète ou un satellite naturel ; celle de la Terre nous abrite et contribue à rendre la vie possible
à lire aussi...
Cassini - Huygens
anneaux | astronome | astrophysicien | cratère | dinosaures | dioxyde | dioxyde de carbone | anneaux de saturne | anneaux | dioxyde de carbone | anneaux de saturne | astronome | astrophysicien | cratère | dinosaures | dioxyde