L’étonnante histoire de l’astéroïde Hermès

article original publié par Science @ Nasa
auteur : Docteur Tony Phillips
traduction de Didier Jamet
2 NOVEMBRE 2003

Pendant quelques jours, si vous possédez un simple télescope de 200 mm de diamètre et une caméra CCD, vous allez pouvoir observer l'astéroïde Hermès. Facile à détecter avec des moyens amateurs d'aujourd'hui, les astronomes professionnels ont pourtant perdu sa trace pendant 66 ans. Récit d'une inlassable traque cosmique qui vient enfin de se terminer.

C’est devenu une sorte de dogme aujourd’hui. Un astéroïde a frappé la Terre il y a 65 millions d’années, rayant les dinosaures de sa surface.

Pourtant, lorsqu’en 1980 les scientifiques Walter et Luis Alvarez ont avancé pour la première fois cette hypothèse, lors d’un rassemblement de l’Association Américaine pour l’Avancement des Sciences, leur auditoire fut plutôt sceptique. Des astéroïdes frappant la Terre ? Au point de faire disparaître des espèces ? Cela paraissait hautement improbable.

Personne ne se doutait qu’au même moment, à mi-chemin entre Mars et Jupiter, un astéroïde nommé Hermès entamait alors un long plongeon en direction de la Terre. Six mois plus tard seulement, il allait passer à quelque 480 000 km de l’orbite de notre planète, un peu plus que la distance Terre-Lune. Cet évènement aurait pu être un argument en faveur de la thèse des Alvarez, mais il se trouve que personne ne remarqua le passage de cet astéroïde à proximité de notre planète.

Ce n’était pas la première fois. Hermès, un astéroïde de fort beau gabarit facile à repérer, s’était déjà fréquemment aventuré dans les parages terrestres. Et pourtant les astronomes l’avaient manqué à chaque fois. La façon dont cela a pu arriver est une étrange histoire, qui débute en Allemagne juste avant la seconde guerre mondiale.

Le 28 octobre 1937, l’astronome Karl Reinmuth de l’observatoire de Heidelberg était en train d’examiner des clichés du ciel nocturne qu’il venait de prendre quand il remarqua un trait lumineux sur une des épreuves. A peu près aussi brillant qu’une étoile de neuvième magnitude, il s’agissait d’un astéroïde, proche de la Terre et se déplaçant rapidement. Si rapidement que l’astronome le nomma aussitôt Hermès, le messager aux sandales ailées des Dieux de l’Olympe.

Le 30 octobre 1937, Hermès s’approcha de la Terre jusqu’à deux fois la distance Terre-Lune, se déplaçant sur le fond du ciel à la vitesse apparente de 5 degrés par heure.

De nombreux astéroïdes étaient connus en1937, mais la plupart faisaient partie de la nonchalante ceinture d’astéroïdes, au-delà de l’orbite de Mars. Hermès était tout différent. Il s’était approché du cœur du Système Solaire, croisant l’orbite de notre planète. Il démontrait sans peine que les astéroïdes pouvaient s’approcher dangereusement de la Terre, et à très grande vitesse.

Reinmuth observa Hermès pendant 5 jours. Et puis il le perdit.

Hermès s’approche de l’orbite terrestre tous les 777 jours. La plupart du temps, la Terre est éloignée du secteur de son orbite où a lieu le croisement. Mais en 1937, 1942, 1954, 1974 et 1986, Hermès est passé remarquablement près de notre planète. Nous le savons aujourd’hui uniquement grâce au fait que l’astronome Brian Skiff, de l’Observatoire Lowell, a redécouvert Hermès le … 15 octobre 2003. Les astronomes à travers le monde l’ont depuis soigneusement suivi. Steve Cheslay et Paul Chodas du JPL ont, à l’aide des observations récentes, retracé le trajet antérieur d’Hermès, grâce à quoi ils sont parvenus à identifier les approches serrées énumérées plus haut.

" C’est un peu déroutant " reconnaît Chodas. " de constater qu’Hermès est passé si souvent et si près de la Terre sans que nous le remarquions. "

" L’orbite d’Hermès est en fait la plus chaotique qui soit au sein de la famille des astéroïdes géocroiseurs. " ajoute-t-il. Cela est dû au fait que l’astéroïde est très souvent perturbé par la gravité terrestre. Il arrive également qu’il passe non loin de Vénus. En 1954, il est passé près des deux. " Cela a complètement perturbé son orbite " confirme Chodas. Ces fréquentes rencontres avec la Terre et Vénus rendent l’orbite future d’Hermès particulièrement difficile à prévoir au-delà du siècle à venir. Mais la bonne nouvelle, c’est que " dans les 100 ans qui viennent, Hermès ne s’approchera pas à moins de 0,02 unité astronomique de notre planète ". Toujours 100 ans de pris.

En utilisant le calculateur d’orbite du JPL, nous pouvons remonter le temps et comprendre ce qui s’est passé en 1937 lorsque l’astéroïde fut perdu. Rétrospectivement, c’est parfaitement compréhensible, et nous allons vous l’expliquer dans la suite de cet article, "Hermès et l’avertissement de Jupiter " (lien ci-dessous)

Dans notre dictionnaire de l'astronomie...

Le ciel au dessus de Genève avec des nuages, la Lune, Vénus, et un coucher de Soleil.
à lire aussi...
Ciel
L'astronomie débute par l'observation du ciel, qu'elle ne définit pas rigoureusement. Le ciel commence au-dessus de notre tête, regroupant oiseaux et étoiles.
L'astéroïde Toutatis vu au radar sous différents angles
à lire aussi...
Astéroïde
"La nuit étoilée à Saint-Remy", de Van Gogh.<br>Pour voir l'Univers tel qu'il est, il faut soit la rigueur du scientifique, soit la sensibilité de l'artiste.Tout le reste n'est qu'illusion...
à lire aussi...
Etoile
astronome | astronomie | chaos | ciel nocturne | cosmos | dinosaures | distance Terre-Lune | astronome | astronomie | chaos | ciel nocturne | cosmos | dinosaures