La planète qui se prenait pour une comète.

article de Didier Jamet
12 MARS 2003

HD 209 458 b perdant son atmosphère au rythme faramineux de 10 000 tonnes par seconde
HD 209 458 b perdant son atmosphère au rythme faramineux de 10 000 tonnes par seconde

ESA - NASA - Madjar

Une équipe d’astronomes majoritairement européens et emmenée par Alfred Vidal Madjar, de l’Institut d’Astrophysique de Paris, vient d’annoncer la confirmation d’un étrange phénomène lié aux « Jupiters chauds », ces planètes extrasolaires très proches de leur étoile : Sous l’effet de la chaleur, leur atmosphère s’évapore dans l’espace à la manière des chevelures de comètes.

L’exoplanète en question, HD 209 458 b, située à 153 années-lumière de la Terre, est chère au cœur des astronomes depuis sa découverte en 1999 : détectée initialement par la méthode des vitesses radiales, son existence avait été rapidement confirmée par celle des transits : vue depuis la Terre, la planète passe « devant » son étoile, mini-éclipse entraînant une baisse de l’éclat de cette dernière. Puis, en novembre 2001, nouvelle grande première grâce aux observations menés par le télescope spatial hubble : HD 209 458 b possède une atmosphère, dans laquelle on relève des traces de sodium !

L’annonce d’aujourd’hui, rendue elle aussi possible par le spectrographe de Hubble, amène à se poser une nouvelle question : combien de temps HD 209 458 b gardera-t-elle son atmosphère ? Cette dernière semble en effet connaître une intense évaporation d’hydrogène.

Selon Alain Lecavelier des Etangs, co-auteur de l’étude, l’exoplanète perdrait par ce processus au moins 10 000 tonnes par seconde, et peut-être bien plus.

Si on prolonge la comparaison avec les comètes, on peut tout à fait imaginer que ce « Jupiter chaud »se réduise un jour à son noyau dense, résidu squelettique d’une planète autrefois géante.

Notons enfin que cette hypothèse d’atmosphère « en queue de comète » pour les Jupiters chauds avait été initialement émise et étudiée par le chercheur français de l’observatoire de Meudon Jean Schneider en 1997. Les résultats publiés aujourd’hui confirment de façon éloquente la validité de cette hypothèse formulée il y a 6 ans, et illustrent le rôle majeur tenu par la recherche européenne dans la connaissance de ces nouveaux mondes.

Dans notre dictionnaire de l'astronomie...

Eclipse duale - Un montage pour comparer notre vision de deux éclipses, celle de Lune et celle du Soleil, quand la Lune est rouge et quand la couronne solaire devient visible
à lire aussi...
Les éclipses
Les éclipses désignent le passage, vu depuis la Terre, d'un astre devant un autre, celui-ci étant caché par le premier pendant un laps de temps
La très mince couche de notre atmosphère bleue, vue depuis la Station Spatiale Internationale en 2015 par l'astronaute Scott Kelly
à lire aussi...
Atmosphère
L'atmosphère est la couche de gaz qui enveloppe une planète ou un satellite naturel ; celle de la Terre nous abrite et contribue à rendre la vie possible
La comète de Halley, célèbre photographie publiée par le New York Times lors de son passage en 1910
à lire aussi...
Les comètes
Les comètes sont des petits corps glacés du système solaire d'orbite fortement excentrique, elles ont une longue traînée lumineuse à l'approche du périhélie
"La nuit étoilée à Saint-Remy", de Van Gogh.<br>Pour voir l'Univers tel qu'il est, il faut soit la rigueur du scientifique, soit la sensibilité de l'artiste.Tout le reste n'est qu'illusion...
à lire aussi...
Etoile
Planche extraite de la thèse de Léon Foucault, "Mesure de la vitesse de la lumière", 1862
à lire aussi...
Année lumière
L'année-lumière est une unité qui représente la distance parcourue par la lumière dans le vide pendant une année terrestre, soit 9.460 milliards de km
découverte | chevelure | astrophysicien | astronome | découverte | chevelure | astrophysicien | astronome