RSS
Ciel des Hommes

Sécurité incendie en apesanteur

traduction de Didier Jamet

paru le 25 août 2002

Ces recherches sont si fondamentales qu’elles se trouvent à la jonction de nombreux aspects de la combustion : moteurs peu gourmands pour voitures et avions, réduction des risques d’explosion dans les puits de mine et les usines chimiques, émissions polluantes des voitures et des usines au charbon, enquêtes sur les incendies criminels, la liste est longue… Et elle ne se limite pas à la Terre.

Si les flammes se comportent différemment dans l’espace, alors la sécurité incendie est également différente.

Si vous découvrez un incendie sur Terre, vous pouvez le piétiner pour l’étouffer ou utiliser un extincteur. En orbite, se précipiter sur un feu pour le piétiner risquerait d’accélérer la combustion, au moins de façon temporaire, car vous créeriez un afflux d’air qui n’existait pas auparavant.

En faible pesanteur, les flammes ont tendance à se répandre lentement, aussi les frapper du pied pourrait faire sauter une flamme sur quelque chose qu’elle n’aurait pas atteint autrement. De plus, les flammes en boule passent inaperçu : elles ne dégagent pas de fumée et peu ou pas de lumière visible.. C’est difficile de combattre quelque chose que vous ne voyez pas.

Que se passe-t-il si une flamme isolée percute quelque chose ? Est-ce que le tout prend feu ? SOFBALL-2 pourrait répondre à beaucoup de questions de cette sorte.

SOFBALL préparera également le terrain pour des expériences à plus long terme à bord de la Station Spatiale Internationale qui se dérouleront dans le compartiment « fluides et combustion » - qui doit rejoindre le module laboratoire américain.

C’est bien loin de l’Ohio, où Ronney découvrit les flammes en boule en 1984. Mais pour lui, si « ces ridicules petites flammes en boule » nous réservent encore des surprises, ça vaut le voyage.



Quelques liens pour en savoir plus(en anglais)

Office de recherche en biologie et en physique de la NASA

SOFBALL volera à bord de la mission scientifique STS-107 fin 2002 ou 2003

Histoire des sciences : Ronney l’ignorait en 1984, mais les flammes en boule (ou quelque chose de très approchant) avait été prédit en 1944 par le physicien soviétique Yakov Zeldovitch. Zeldovitch pensait que le phénomène, tout comme la mise en équilibre d’un stylo bille sur sa pointe, était possible en théorie mais trop instable pour exister dans la réalité. Et de fait les flammes en boule ne peuvent exister que dans une fenêtre de conditions très étroite, l’une d’elles étant la microgravité, ce qui signifie qu’elles n’auraient jamais été observées dans les conditions terrestres normales.

Flammes de bougie en microgravité

la page personnelle du Docteur Paul Ronney

la physique du feu : combustion infernale

Autres liens vers les programmes de recherche de la NASA sur la combustion : Combustion en microgravité, SOFBALL, Module de combustion

les vidéos des flammes en boule de la première expérience SOFBALL en 1997 : Vidéo 1 (1MB) et Vidéo 2 (1MB)

 

précédent
article précédent
Flammes en boule et mouche du vinaigre, même combat.
suivant
article suivant
Quand la Station Spatiale joue les supernovae

Version française de Science@NASA
Auteur original : Linda Voss
Crédit : NASA Science

L’astronaute Janice Voss (sœur de l’auteur original de cet article) surveille une expérience de combustion à bord de Columbia en 1997
Crédit : Nasa

 

dictionnaire de l'astronomie
Espace

Espace

Lumière

© Ciel des Hommes 2001-2018 | mentions légales | liens | fil RSS | plan du site | newsletter | nous contacter