RSS
Ciel des Hommes

Méthane biologique ou géologique ?

traduction de Didier Jamet

paru le 16 janvier 2009

Cependant la vie n'est pas le seul processus susceptible de produire du méthane. D'autres phénomènes, purement géologiques, comme l'oxydation du fer par exemple, libèrent également du méthane. « À ce stade, nous n'avons pas assez d'informations pour déterminer si ce méthane martien est d'origine biologique ou géologique, voire les deux." reconnait Mumma. « Mais ce qui est certain, c'est que ce méthane nous confirme que la planète rouge est encore vivante, au moins sur le plan géologique. »

Si c'est une vie martienne microscopique qui produit ce méthane, elle se trouve probablement enfouie profondément sous la surface, là où il fait encore suffisamment chaud pour qu'on puisse avoir de l’eau liquide. L'eau liquide, tout comme des sources d'énergie et une source de carbone, sont nécessaires à toutes les formes de vie que nous connaissons.

« Sur terre, des micro-organismes prolifèrent à 2 ou 3 km sous le bassin de Witwatersrand en Afrique du Sud, un endroit où la radioactivité naturelle casse les molécules d'eau en hydrogène moléculaire (H2) et en oxygène (o). Les micro-organismes utilisent l'hydrogène comme source d'énergie. Il n'est pas impossible que des micro-organismes semblables aient survécu pendant des milliards d'années sous le permafrost de Mars, où l'eau est liquide, les radiations fournissent l'énergie, et le dioxyde de carbone fournit le carbone » avance Mumma.

« On peut imaginer que le méthane accumulé dans de telles régions souterraines vienne à être libéré dans l'atmosphère par le biais de fissures qui s'ouvriraient pendant la saison chaude, connectant les régions profondes à l'atmosphère au niveau de canyons ou de parois de cratères » poursuit-il.

« Les microbes qui sur terre ont produit du méthane à partir d'hydrogène et dioxyde de carbone comptaient parmi les formes de vie les plus primitives qu'on ait connues sur notre planète, » fait remarquer Karl Pilcher, directeur de l'institut d'exobiologie de la NASA, qui a cofinancé ces recherches. « Si un jour il y a eu de la vie sur mars, il est raisonnable de penser que le métabolisme de ces formes de vie ait produit du méthane à partir du dioxyde de carbone de l'atmosphère martienne. »

Pour autant, il reste tout à fait possible que ce soit un processus géologique qui ait produit le méthane martien, soit récemment, soit il y a bien longtemps.

Sur terre, la conversion de l'oxyde de fer (la rouille en fait) en minéraux engendre du méthane, et sur mars ce processus pourrait se dérouler en utilisant de l'eau, du dioxyde de carbone et la chaleur interne de la planète.

Autre possibilité, le volcanisme : bien qu'il n'y ait aucun indice d'une activité volcanique sur mars en ce moment, du méthane produit il y a bien longtemps, mais piégé dans des « cages de glace » appelées des clathrates, pourrait n’être libéré qu’aujourd'hui après avoir été produit il y a des dizaines de millions d'années.

Comment en avoir le cœur net ? Vous le découvrirez dans la suite de cet article, « Méthane martien, l’épreuve de vérité » (lien ci-dessous )

 

précédent
article précédent
Nous savons maintenant que Mars n'est pas morte
suivant
article suivant
Méthane martien, l’épreuve de vérité

Version française de Science@NASA
Auteur original : Docteur Tony Phillips
Crédit : NASA Science

Représentation artistique d’un processus géologique qui pourrait expliquer la présence de méthane dans l’atmosphère martienne sans activité biologique : Sous l’action de la chaleur résiduelle du noyau martien, de l’eau souterraine pourrait se combiner avec du dioxyde de carbone pour produire du méthane.
Crédit : nasa

 

dictionnaire de l'astronomie

Atmosphère

Hydrogène

Planète

© Ciel des Hommes 2001-2017 | mentions légales | liens | fil RSS | plan du site | newsletter | nous contacter