RSS
Ciel des Hommes

Flashs Iridium : préparez vos mouchoirs

article de Thibaut Alexandre

paru le 31 janvier 2017

Depuis une vingtaine d'années, ils traversent nos nuits tels de lents météores, mais d'ici un an et demi tout au plus, les célèbres et étincelants flashs Iridium auront disparu. Retour sur le parcours de brillants satellites qui rentreront bientôt dans l'histoire.

A la fin des années 1980, les ingénieurs de Motorola eurent l'idée d'un système de télécommunications par satellite pouvant couvrir l'ensemble de la planète, même dans des régions où le nombre d'utilisateurs est faible (déserts, montagnes, océans, etc). Un tel système nécessitait un nombre important de satellites identiques, afin d'avoir d'une couverture globale. Les calculs montraient que le chiffre nécessaire était de 77, numéro atomique de l'iridium. C'est ainsi que naquit la constellation de satellites Iridium. Après quelques années de développement et de financement, l'ensemble de la flotte fut lancée à partir de 1997.

Tout comme les vers luisants, les satellites Iridium de première génération sont en réalité assez laids vus de près...
Crédit : Lockheed Martin

Très vite, les astronomes amateurs ont pu remarquer une particularité incroyable de ces satellites : ceux-ci sont en effet dotés de trois antennes mesurant 188 x 86 cm, inclinées de 40° par rapport à l'axe vertical des satellites, et surtout recouvertes d'une mince couche de Teflon et d'argent produisant une très grande réflectivité. Ainsi, quand les conditions sont réunies, les rayons du Soleil peuvent se refléter sur ces antennes faisant "flasher" le satellite pendant une poignée de secondes. Vu du sol, la luminosité de ces flashs, qui ont pris le nom de flashs Iridium, est tout bonnement incroyable, puisque les plus brillants d'entre eux peuvent atteindre la magnitude -8 ou -9, ce qui est tout de même 30 fois plus brillant que la planète Vénus ! Les plus brillants d'entre eux sont même visibles en plein jour. Mieux : sachant que l'axe des satellites Iridium est stabilisé sur orbite, il est possible de calculer assez facilement, et à la seconde près, l'heure d'apparition de ces flashs pour un lieu donné. N'importe quel animateur de soirée astronomique s'est ainsi prêté au jeu depuis maintenant une vingtaine d'années : désigner une zone précise du ciel, décompter avec le public et voir apparaitre, comme prévu, un magnifique flash dans le ciel, ce qui ne manque pas d'impressionner les néophytes. Le phénomène ne manque pas à l'occasion d'intriguer certains de nos lecteurs.

Hélas, ce spectacle devenu habituel va bientôt prendre fin, puisque les vieux satellites Iridium sont voués à être désorbités dans les mois qui viennent. Avec un programme ambitieux de 3 milliards de dollars visant à remplacer l'ensemble de la flotte vieillissante, la société Iridium Communications Inc a procédé au lancement le 14 janvier 2017, grâce à une fusée Falcon 9 de la société SpaceX, des 10 premiers satellites de la nouvelle génération de satellites Iridium, baptisée Iridium-NEXT.


Or, ces nouveaux satellites ne sont pas dotés des fameuses antennes réfléchissantes et ont un design différents des Iridiums de première génération. Et comme chaque Iridium-NEXT va remplacer un "vieil" Iridium, ce premier lancement marque le début de la fin des célèbres flashs Iridium.

La procédure de remplacement est la suivante : une fois lancé, un satellite Iridium-NEXT est mis sur une orbite provisoire de 667 x 667 km inclinée de 86,4° sur l'équateur, puis amené petit à petit sur son orbite définitive de 780 x 780 km. Une fois que les tests montreront que le satellite est en parfait état de fonctionnement, le "vieux" satellite Iridium qui doit être remplacé allume ses moteurs pour être désorbité. Fini l'alignement, et donc fini le flash Iridium. A raison de 10 satellites Iridium-NEXT mis sur orbite par lancement, il faudra peu de temps pour remplacer l'ensemble des 66 satellites Iridium encore en fonction, d'autant plus que les fusées Falcon 9 qui assureront ces opérations seront lancés à quelques mois d'intervalle seulement. Le prochain lancement est prévu en avril. En fonction des réserves de carburant qu'il reste à bord de chaque satellite Iridium de première génération, leurs retombées vers notre atmosphère où ils se désintègreront, sera plus ou moins longue, et il est même possible que certaines de ces rentrées soient visibles depuis des zones habitées.

Si tous les lancements ont lieu en temps et en heure, le remplacement des satellites Iridium prendra fin à la mi-2018. Dans un an et demi, il faudra donc parler des flashs Iridium au passé.

 

précédent
article précédent
Un anneau de feu pour la perle de l'Océan Indien
suivant
article suivant
Suivez le passage de l'astéroïde 2014 JO25 près de la Terre
dictionnaire de l'astronomie

Atmosphère

Ciel

Ciel

Magnitude

Magnitude

Planète

Satellite

Satellite

Vénus

© Ciel des Hommes 2001-2017 | mentions légales | liens | fil RSS | plan du site | newsletter | nous contacter
carina étoile | 27 août 2017 planète mars | http //www cidehom com/apod php _date=040614 | trou sur mars |