RSS FB TW
Ciel des HommesHomepage

Crédit : Marc Dijoux

+
Le mystérieux halo lumineux observé depuis la Réunion était en fait le nuage de [...]

Crédit : SpaceX

+
Le Falcon 9 au décollage

Crédit : Ben Brockert

+
Position du satellite DANDE (et a fortiori des autres éléments du lancement de l [...]

Crédit : Ben Brockert

+
Position du satellite DANDE (et a fortiori des autres éléments du lancement de l [...]
Halo lumineux dans le ciel de l'Océan Indien le 29 septembre 2013

texte de Thibaut Alexandre

publié le 01-10-2013

Le 29 septembre 2013 au soir, vers 21h00 heure locale, de très nombreux habitants des Mascareignes (îles de la Réunion et Maurice), mais également de Madagascar et de Mayotte, ont pu assister pendant environ dix minutes à un phénomène lumineux très particulier dans le ciel : un halo lumineux blanchâtre se déplaçant autour d'une « étoile ». Bien que très surprenant, ce phénomène avait en réalité une explication parfaitement prosaïque.

dictionnaire
Atmosphère

Atmosphère

Bolide

Bolide

Ciel

Ciel

Espace

Espace

Nébuleuse

Nébuleuse

Phase

Phase

Satellite

Satellite

Supernova

Supernova

L'observation a pu en dérouter plus d'un : imaginez que, dans un ciel nocturne et étoilé, un gros halo lumineux blanc se déplace lentement et dans le silence le plus complet. Quelques minutes plus tard, il n'y a rien, plus rien. C'est à un tel phénomène mystérieux qu'ont pu assister de nombreux habitants du Sud de l'Océan Indien hier soir. Mais quel était donc cet étrange halo lumineux ?

Une comète ? Impossible, car les comètes ne se déplacent pas aussi vite, visuellement parlant. De plus, la grande comète ISON n'est pas encore visible à l'oeil nu, il faudra encore patienter quelques semaines.

Une supernova ? Impossible là encore, car les supernovae brillent pendant des semaines, et ne répandent pas un halo lumineux aussi gros en apparence que la Lune.

Une chute de météorite ? Encore une fois non, car les bolides liés aux chutes de météorites ne durent que quelques secondes, et se déplacent à très grande vitesse. Tout le contraire de ce phénomène donc. De plus, les chutes de météorites ne laissent guère de halo rémanent circulaire.

Une chute de satellite ? Non plus, car bien que durant quelques minutes, les rentrées atmosphériques artificielles ne provoquent pas un tel phénomène visuel.

Une nébuleuse ? Soyons sérieux, ces nuages de gaz et de poussières galactiques ne peuvent pas apparaître et disparaître comme ça, et encore moins se déplacer dans le ciel.

Un phénomène météorologique particulier ? Le fait que de nombreux témoins, répartis sur une vaste aire géographique, aient vu la même chose en même temps, permet d'exclure cette hypothèse, et même de déduire que le phénomène se déroulait plus haut que l'atmosphère, dans l'espace. Alors, c'était quoi ?

Pour trouver la réponse, il faut voyager un peu, et se rendre du côté de la Californie. A priori, cet état des Etats-Unis bordant le Pacifique n'a rien à voir avec l'Océan Indien, et pourtant... Il faut savoir qu'hier, à 16h00 TU (soit 18h00 heure de Paris, ou bien encore 20h00 heure de la Réunion) a eu lieu le lancement depuis la base de Vandenberg, près de Los Angeles, de la première fusée Falcon-9 v1.1 de la société SpaceX. Ce lancement, qui s'est très bien passé, a placé sur une orbite polaire (inclinaison orbitale d'environ 80°) les satellites CASSIOPE 1, CuSat 1 et 2, DANDE et POPACS 1, 2 et 3.

Une fois sur orbite, les étages de fusée ne sont habituellement pas laissés à leur sort tout de suite. Ainsi, pour éviter qu'un étage de fusée explose avec ses restes d'ergol, le nom donné aux carburants des lanceurs spatiaux, et répande de dangereux débris spatiaux pour les autres satellites, mais aussi pour faire retomber plus vite cet étage qui n'est plus qu'une épave et ainsi nettoyer l'orbite terrestre, les agences spatiales ont pour coutume de vidanger les restes d'ergol présents dans les étages de fusées, dans la continuité des phases de lancement.

Soumis au vide spatial, les nuages d'ergol se répandent dans toutes les directions, formant comme une bulle de gaz. Si par chance ce nuage de gaz est éclairé par le Soleil alors qu'il survole une région terrestre plongée dans la nuit, les observateurs au sol peuvent alors assister au passage d'un étrange halo lumineux dans le ciel...

Alors, le halo lumineux observé dans l'Océan Indien était-il bien lié au lancement de la fusée Falcon 9 ? C'est à partir de maintenant qu'il faut appliquer une des maximes de l'ufoscepticisme (l'étude pragmatique du phénomène ovni) : poser une hypothèse n'est en rien une validation de celle-ci. Et oui ! Même si nous avons pour l'instant des éléments plus que concordant (un halo lumineux ressemblant en tout point à un largage d'ergol de fusée, peu de temps après un lancement de fusée), il faut encore pouvoir relier ces éléments entre eux, et surtout vérifier que l'étage de la Falcon 9 passait effectivement au-dessus de l'Océan Indien vers 17h00 TU, heure de l'observation du halo lumineux. Qui plus est sur une orbite allant du Sud vers le Nord, puisque tous les témoignages recueillis à propos de ce halo lumineux disent que le phénomène se déplaçait en ce sens. Cette vérification demande des logiciels informatiques assez spécifiques. Ben Brockert a ainsi pu vérifier que les éléments du lancement de la Falcon 9 passaient effectivement au-dessus de l'Océan Indien vers 17h01 TU, soit carrément en plein dans le créneau d'observation du halo lumineux mystérieux ! Mieux : non seulement l'horaire concorde, mais à cette heure-là, les éléments du lancement de la Falcon 9 se déplaçaient du Sud vers le Nord, tout comme le halo lumineux. De plus, ces objets étant à près de 1500 km d'altitude, ils étaient visibles depuis le Sud de l'Océan Indien et l'Est de l'Afrique, soit la zone géographique où le mystérieux phénomène a été observé.

En résumé : le mystérieux halo lumineux présente absolument toutes les caractéristiques d'un largage d'ergol. Or, à l'heure du phénomène, un étage de fusée Falcon 9 venant de terminer ses opérations de mise sur orbite de différents satellites survolait l'Océan Indien du Sud vers le Nord à haute altitude, le rendant visible depuis une grande aire géographique. Je laisse le soin aux lecteurs de conclure quant à la nature du phénomène observé...

Il est d'ailleurs intéressant de noter qu'un autre lancement de la société SpaceX avait provoqué un cas d'OVNI assez similaire en Australie en juin 2010.

Les observateurs de France métropolitaine avaient pu assister au passage d'un autre mystérieux halo lumineux le 18 octobre 2009 au soir. Là encore, il s'agissait d'une vidange de carburant d'une fusée tirée depuis Vandenberg.

Bref, bien que le phénomène observé dans l'Océan Indien le 29 septembre 2013 soit en apparence extraordinaire, il est pour autant tout à fait explicable. Il suffit juste de savoir où chercher ses informations, car l'étude pragmatique du phénomène ovni fait appel à de nombreux domaines de connaissances.

Et vous, avez-vous vu cet "ange" passer ? Pas convaincus par nos explications ? Venez en débattre sur notre groupe Facebook !